Peut-on faire évoluer le nombre de membres d'un groupement de commande ?

Achats

Une réponse ministérielle du 17 mai 2011 précise l’impossibilité de modifier la composition d’un groupement de commande après le lancement de la procédure de passation si celui-ci a été constitué pour la passation d’un marché précis.

Par contre, selon cette même réponse ministérielle, pour les groupements constitués de manière permanente pour satisfaire des besoins récurrents, l’adhésion d’un nouveau membre peut être envisagée à deux conditions : la convention constitutive doit l’avoir prévue et l’adhésion ne peut valoir que pour les marchés à venir (QE n° 100136, JOAN du 17 mai 2011, p. 5146).

Que vous ayez ponctuellement besoin de valider un point réglementaire par un écrit, ou que vous souhaitiez pouvoir disposer d’une assistance juridique régulière, vous trouverez la formule qui vous convient.

Découvrir

L'analyse des spécialistes

  • Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ? Administration

    Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ?

    30/06/15

    Suite à la réécriture par le Sénat du projet de loi NOTRe sur les compétences des collectivités, le 2 juin dernier, doit-on toujours craindre à terme une disparition des communes ? Quel avenir pour les communes dans le cadre du projet de loi NOTRe  ? Donatien de Bailliencourt, Avocat Counsel au sein du cabinet Granrut, nous éclaire.

  • Projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé Urbanisme

    Le projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé

    29/06/15

    Le projet urbain partenarial (PUP) a été conçu comme un mécanisme contractuel et facultatif de préfinancement d'équipements publics nécessaires à une opération de construction ou d'aménagement. Avec la loi Alur, le dispositif connaît une profonde évolution puisque la conclusion d'un PUP peut devenir obligatoire.

  • La suppression du COS Urbanisme

    L’étrange suppression du COS : une arme émoussée,… à double tranchant !

    11/06/15

    La suppression du COS, par la loi du 24 mars 2014 dite « ALUR », a été voulue comme une "arme" affutée pour libérer la densité urbaine. Certains élus s'en inquiètent. À tort, car cette « arme » est en fait bien émoussée. Pire, elle est à double tranchant, car elle supprime paradoxalement un outil de densification, que le législateur recherchait !

  • Tous les articles juridiques