Collectivités : quels services mobiles développer ?

Administration

Les applications mobiles, qui favorisent une « ville connectée », se développent de plus en plus dans les communes. Elles auraient pour vertu d’accroître la productivité des agents.

Les nouvelles technologies favorisent non seulement la création de nouveaux services pour les citoyens, mais également la productivité interne de la collectivité, ont expliqué les représentants de la société Sikiwis*, lors d’une réunion organisée le 6 avril à La Défense.

La « Smart City » (ville intelligente) constitue une attente des communes, en particulier pour offrir des services mobiles aux citoyens. La commune se trouve au centre des relations entre tous (services publics, citoyens, entreprises, associations, opérateurs…) et dans tous les secteurs (réseaux, infrastructures, culture, sport…), elle est donc légitime à devenir une « ville connectée ».

L’enjeu consiste à déployer une nouvelle organisation, différente selon la taille de la commune et le contexte local. En tout état de cause, une réflexion préalable doit permettre de déterminer les services à développer : réseaux sociaux (pour une ville, une résidence sociale…), QR-codes (balisage de chemins touristiques, accès aux informations culturelles relatives à un monument, à des informations en temps réel dans les transports…), ouverture des données publiques pour favoriser la création de nouveaux services, paiement mobile, alertes mobiles en temps réel (inondation, risque technologique)…
 

Coûts et délais en baisse

Plusieurs responsables communication et nouvelles technologies de communes des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont présenté des vices mobiles qu’ils ont déployés : informations locales (présentation de la commune, calendriers de ramassage des déchets, horaires des hôpitaux, pharmacies de garde, menu des cantines scolaires…), gestion des démarches administratives, itinéraires, cartes interactives…

Les applications mobiles concernent aussi les actualités (télévision, radio, vidéo) ou des agendas présentant les événements proposés dans la ville (théâtre, cinéma, associations, clubs sportifs…), ainsi que des alertes en fonction des centres d’intérêt des citoyens. Certaines communes proposent des programmes de fidélisation et de développement du commerce local, voire des applications de commerce mobile (M-commerce).

Répondant à une enquête en temps réel pendant la réunion, ils ont estimé que les coûts et les délais de mise en œuvre des applications mobiles se sont considérablement réduits ces dernières années. Seulement un quart des treize communes présentes (représentant environ 200 000 habitants) ont optimisé leur site internet pour la mobilité, mais la totalité avait créé (ou projetait de créer) une application mobile.

Les développements prévus à plus ou moins long terme sont notamment : bornes interactives, informations en temps réel dans les transports, fédération des commerces, notifications et alertes, et solutions de décision « participative ». Les principaux freins à l’utilisation des technologies mobiles, évoqués par les participants, sont la complexité (84 %), le coût (70 %), la crainte d’une intrusion dans la vie privée (38 %) ou la perte de la maîtrise des données.
 

Martine Courgnaud – Del Ry

 

 

Sikiwis

*Sikiwis est une entreprise française qui propose des solutions mobiles et clouds pour collectivités depuis 2009. En particulier Sikiwis crée des applications mobiles pour mairies. Sikiwis crée également des clouds de villes pour la construction de données open source et l’inter-connexion des acteurs, usagers et des objets.

 

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum