Près d’une collectivité sur deux ont adopté une stratégie numérique transversale

Administration

La maturité des collectivités en matière de numérique est très hétérogène mais une nouvelle organisation se dessine, favorable à plus de transversalité dans ce domaine.

Selon le cabinet Markess, qui a présenté la seconde édition de son observatoire des compétences numériques des collectivités locales* début juin au 26e congrès du Coter Club à Poitiers, 44 % des collectivités ont adopté une stratégie transversale pour le numérique, et 21 % prévoient de le faire d’ici 2017. C’est également le cas pour plus d’une intercommunalité sur deux : elles sont bien placées pour « anticiper une vision transversale et mutualisée des projets numériques » au bénéfice de leurs communes membres. La direction des systèmes d’information (DSI) et la direction générale des services, dont le rôle se renforcera d’ici 2017, pilotent généralement cette stratégie. Mais elle est parfois incarnée par de nouveaux profils, très spécifiques aux collectivités : directeur de l’innovation, du numérique ou de la modernisation, administrateur de données…

Pour mener à bien les projets numériques, le rôle des directions métiers est confirmé et diversifié par rapport à l’observatoire 2014 : systèmes d’information (DSI), finances et communication sont les plus impliquées. Pour la direction des finances, cela s’explique par les nombreux projets de dématérialisation liés au passage réglementaire au protocole d’échange standard PESV2. Des postes dédiés aux projets de dématérialisation sont donc souvent créés au sein de cette direction, « qui se positionne alors comme un métier leader en matière de numérique », précise Markess.

Dans près d’une collectivité sur quatre, le service d’archivage, la direction culturelle et la direction de l’aménagement du territoire sont également très impliqués dans le numérique.

Par ailleurs, les services en contact direct avec les citoyens sont contraints d’accroître leur expertise numérique, afin d’améliorer les relations avec les usagers ; c’est pourquoi la direction usager devance la direction générale dans le classement 2015. Les services chargés des affaires sociales, scolaires ou culturelles s’impliquent eux aussi davantage dans les projets numériques.

Enfin, peu de collectivités désignent un administrateur de données ou un responsable ville intelligente, des fonctions qui devraient légèrement progresser d’ici 2017.

 

Marie Gasnier

 

* Source : Observatoire MARKESS des compétences numériques des collectivités locales, Édition 2015

Posté le par Marie Gasnier

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum