Ouverture des plis : la DAJ publie 11 formulaires

Commande publique

La Direction des affaires juridiques de Bercy a mis en ligne sur son site Internet les documents devant aider les acheteurs à procéder à la réception des candidatures et des offres, à l’ouverture des plis, et à l’ajustement des propositions et du marché.

Après la publication des formulaires DC relatifs aux dossiers de candidatures intervenue le 17 septembre, la Direction des affaires juridiques (DAJ) du ministère de l’Économie a mis à disposition des acheteurs onze nouveaux documents, baptisés OUV, relatifs à la phase d’ouverture des plis. Eux aussi prennent en compte les réponses obtenues lors de la consultation opérée en juillet 2010 par la DAJ et sont également  de couleur bleue.

« Non obligatoires », ils ont pour but d’aider les acheteurs dans leurs décisions d’admission des candidatures, lors de la réception et l’ouverture des plis, ainsi que pour l’analyse des candidatures, la demande éventuelle de précisions ou de compléments aux candidats, et la mise au point d’un marché.

Le formulaire OUV1 concernant le registre des dépôts ne change pas dénomination tandis que d’autres ont été fusionnés par rapport à l’ancienne version. Ainsi les PV d’ouverture des candidatures et des offres ont été réunis dans un seul document OUV2. Les PV admission des candidatures et décision d’attribution ont été scindés selon que la personne publique est une collectivité, un établissement public local (OUV4 et OUV9) ou l’État et ses établissements publics (OUV5 et OUV10). Certains formulaires ont été créés. Outre l’OUV5 et l’OUV10, les acheteurs ont ainsi à leur disposition des formulaires OUV3 (rapport d’analyse des candidatures) et OUV8 (rapport d’analyse des offres). Le document relatif au rapport de présentation d’un projet de marché ou d’avenant sera, lui, repris dans la série de documents relatifs à la notification dont la publication a été annoncée prochainement.

Bénédicte Rallu

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Qu'en est-il du choix des noms des collectivités territoriales ? Administration

    Retour sur la problématique du choix des noms des collectivités territoriales

    27/02/17
    Par une décision Association citoyenne « Pour l’Occitanie Pays Catalan » et autres (req. n° 403928), le Conseil d’État a examiné la question délicate – tant elle peut toucher la sensibilité locale – du choix des noms des collectivités territoriales, à travers une affaire se rapportant au nom « Occitanie » retenu par le décret n° 2016-1264 du 28 septembre 2016 pour la région issue du regroupement des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ; regroupement décidé par la loi n° 2015-29 du 16 janvier 2015 relative à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral.
  • La SOCLE ou le pilier de la politique de gestion des eaux Développement durable

    La SOCLE ou le pilier de la politique de gestion des eaux

    21/02/17
    Au 1er janvier 2018, la compétence de la Gemapi sera transférée aux EPCI à fiscalité propre. L’arrêté du 20 janvier 2016, complété par la note ministérielle du 7 novembre 2016, crée la SOCLE (stratégie d'organisation des compétences locales de l'eau), inscrite dans le SDAGE, à mettre en œuvre au plus tard le 31 décembre 2017. Lucien Deleye revient pour Weka sur les responsabilités des collectivités locales et des intercommunalités en matière de politique publique de l'eau.
  • L'application du principe non bis in idem en matière de sanctions Droits et obligations

    L’application du principe non bis in idem en matière de sanctions

    13/02/17
    Par une décision Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (ACNUSA) c/ Société Darta du 30 décembre 2016 (req. n° 395681), le Conseil d’État a précisé la portée du principe non bis in idem dans le cadre d’une contestation portant sur des sanctions administratives infligées par l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires à une société de transport aérien.
  • Tous les articles juridiques