Pollution : Strasbourg va instaurer les vignettes, procédure d’alerte sur l’Alsace

Développement durable

Confrontée à une nouvelle alerte à la pollution sur toute l’Alsace, la ville de Strasbourg va mettre en place dans les prochains mois le système de vignettes pour gérer la circulation, a annoncé lundi 13 février la présidence de l’Eurométropole.

L’Eurométropole de Strasbourg « déploiera d’ici quelques mois des mesures de circulation différenciée, gérées par un système de vignettes, favorisant les véhicules les moins polluants en cas de pic de pollution », indique-t-elle dans un communiqué.

Obligatoires à Paris et dans 69 communes de la petite couronne depuis le 16 janvier, les vignettes Crit’Air qui classent par couleur les véhicules, des plus au moins polluants, sont aussi utilisées à Lyon ou encore Grenoble – première ville à les avoir instaurées.

Cette annonce intervient alors qu’une procédure d’alerte pour la pollution aux particules fines a été lancée en Alsace lundi, poussant les autorités à réduire la vitesse maximale autorisée sur les routes.

« Les conditions météorologiques défavorables à une bonne dispersion se maintiendront aujourd’hui ainsi que les prochains jours », a indiqué la préfecture du Haut-Rhin dans un communiqué, recommandant également d’« éviter les activités physiques et sportives intenses ».

Dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, le brûlage des déchets verts à l’air libre est interdit, de même que l’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage d’appoint ou d’agrément, tandis que sur les routes, la vitesse maximale autorisée pour tous les véhicules est abaissée de 20km/h.

Mardi, Strasbourg maintiendra un tarif réduit sur le réseau de transport urbain, avec un tarif unique de 2 euros. La ville de Mulhouse mettra également en place une telle mesure sur tout son réseau.

La procédure d’alerte est lancée au bout du deuxième jour de persistance de particules fines au-delà du seuil de recommandation, qui est de 50 μg/m3, a expliqué à l’AFP l’association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air pour le Grand Est (ATMO Grand Est).

Le seuil d’alerte, lui, se déclenche à 80μg/m3, a-t-on précisé.

La situation géographie de l’Alsace, entre les massifs des Vosges et de la Forêt noire, favorise l’accumulation de la pollution dès qu’il y a moins de mouvements d’air, a ajouté l’ATMO Grand-Est. En ce moment, les émissions viennent principalement des chauffages aux bois et des transports.

Le seuil d’alerte est le niveau au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour l’ensemble de la population, et non plus seulement les personnes fragiles.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum