Territoires en mutation : comment se construit la ville de demain?

Développement durable

Les collectivités accompagnent la transformation des villes. Espaces naturels, mixité fonctionnelle, production locale d’énergie, agriculture urbaine… : de grandes tendances apparaissent.

Progressivement, la ville se transforme, dessinant ce que sera l’urbanisme de demain. Concluant une série d’échanges à travers la France, Fimbacte organisait un grand débat sur le thème de la « ville en mutation », le 25 novembre 2013, à Paris.

Les communes s’appuient désormais sur leur paysage naturel pour se redessiner. Ainsi, le fleuve, la mer, deviennent sources de lien, de cohérence pour certaines agglomérations et structurent les projets urbains, comme à Rouen ou à Strasbourg. Toulouse « découvre » la Garonne pour créer un parc urbain. L’eau crée une trame comme le faisaient auparavant les routes.

La nature investit la ville. Pour combattre un urbanisme longtemps très dur, on introduit en ville la diversité de la campagne (plantation d’herbes folles, d’orties…), créant un paysage faussement naturel : retravaillé par l’homme, urbanisé. L’agriculture urbaine apparaît, la forêt, retrouvée, est agrémentée de pistes cyclables.
 

Le quartier, facteur de dynamisme

Le quartier offre aux villes une échelle qui autorise davantage de mixité et de complexité ; il s’organise autour d’une mini-centralité… Mais pour autant, un quartier, même s’il offre toutes les fonctionnalités, ne peut pas s’isoler et être auto-suffisant. Il est forcément conçu en communication avec la ville (transports en commun), replacé dans les grands choix paysagers…

Attachés à rendre la vie plus agréable aux habitants, beaucoup de maires construisent des éco-quartiers. Attention, toutefois, un éco-quartier ne l’est pas à vie, précise Alain Maugard, président de l’exposition « Les villes en mouvement ». Il faut construire des espaces adaptables, pas des quartiers figés qui risquent d’être demain à l’abandon comme l’ont été les grands ensembles.
 

La « ville Tintin »

L’espace doit être conçu de façon à permettre à tous, aussi bien les enfants que les personnes âgées ou handicapées, de déambuler dans la ville, rappelle l’architecte Michel Cantal-Dupart. Les projets ont souvent pour ambition d’être très performants et exceptionnels et on a tendance à oublier la stratégie urbaine dans laquelle ils s’inscrivent.

Les collectivités peuvent transformer, adapter les espaces publics. Le « partage » peut permettre aux habitants de vivre dans des lieux moins normalisés, dont ils trouvent eux-mêmes le mode de gestion.

L’espace peut également être partagé dans le temps : le marché qui investit une place le dimanche. Les modes de vie changent, les habitants vieillissent, et la réalisation des projets est longue ; il convient donc de prévoir une souplesse des espaces et des organisations. Il faudrait aussi réinventer la cohabitation : certaines fonctions et certains espaces liés aux logements pourraient s’adapter aux transformations successives de la population.

Les villes doivent également retrouver une autosuffisance économique, en produisant leurs propres ressources. Une ville productrice et consommatrice crée de l’emploi local et fait reculer la mondialisation. Alain Maugard estime que les villes doivent être considérées en fonction de leur potentiel d’intensité économique, différent selon les territoires : gestion de l’énergie, de l’eau, utilisation sur place des ressources locales, redécouverte de l’agroalimentaire local.
 

Martine Courgnaud – Del Ry

 

Weka vous propose de découvrir :

 

Livre blanc

Concevoir un écoquartier

Téléchargez

Apparu il y a une dizaine d’années, le concept d’écoquartier recouvre une approche durable et intégrée d’un projet d’aménagement, qui se définit selon le ministère du Développement durable comme « une opération d’aménagement durable exemplaire, (…) qui contribue à améliorer notre qualité de vie, tout en l’adaptant aux enjeux de demain : préserver nos ressources et nos paysages, tout en préparant les conditions de la création d’une offre de logements adaptée aux besoins ».

En dehors de toute définition opérationnelle, la conception d’un écoquartier relève avant tout d’une logique transversale et durable. Qu’en est-il ?

Découvrez la réponse à cette question, en téléchargeant gratuitement la fiche « Concevoir un écoquartier ».

Cet extrait du service documentaire Pratique du développement durable des territoires vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le 19/02/14 par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum