Les syndicats de fonctionnaires veulent que le gouvernement renonce au jour de carence

Dialogue social
Les syndicats de la Fonction publique ont demandé jeudi au gouvernement de renoncer à instaurer une journée de carence pour les fonctionnaires lors d’un arrêt maladie, arguant que cette disposition était une « atteinte au statut » qui « pénaliserait durement les agents ».

Dans un communiqué commun, les syndicats de la Fonction publique (CFDT, CFTC, CGC, FO, FSU, Solidaires et Unsa) notent que « le gouvernement a soumis au vote des parlementaires l’instauration d’un jour de carence dans la Fonction publique et envisagerait d’en ajouter un deuxième ».

« Au prétexte d’une équité qui n’est appelée que lorsque qu’il s’agit de taxer toujours plus les salariés, le gouvernement cherche à opposer salariés du privé et agents de la Fonction publique », disent-ils, relevant que, dans le privé, les jours de carence peuvent être pris en charge par l’employeur.

Pour les syndicats, qui « demandent le retrait de ces mesures », il s’agit « bien d’une nouvelle atteinte au statut des fonctionnaires ». En cas d’arrêt maladie, les salariés du privé percevaient jusqu’à présent des indemnités journalières versées par la Sécurité sociale après un délai de carence de trois jours, tandis que les fonctionnaires étaient indemnisés dès le premier jour d’arrêt.

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière, dans un souci d’économies budgétaires, l’instauration d’un jour de carence dans le public, et d’un quatrième dans le privé. Le Premier ministre François Fillon s’est dit depuis prêt à renoncer à ce jour supplémentaire dans le privé, à condition que soit trouvée une autre mesure permettant la même économie.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Un maire peut-il légalement refuser l'autorisation d’inhumation ? Funéraire

    Un maire peut-il légalement refuser l’autorisation d’inhumation ?

    09/01/17
    Par un arrêt Commune de Mantes-la-Jolie rendu le 16 décembre 2016 (req. n° 403738), le Conseil d’État, saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité de l’article L. 2223-3 du Code général des collectivités territoriales – ci-après « CGCT » –, a rappelé les conditions dans lesquelles un maire peut légalement refuser une inhumation sur le territoire de sa commune en cas de risque de trouble à l’ordre public.
  • Sécurité dans les ERP : le pouvoir du maire de fermer un établissement recevant du public Sécurité

    Sécurité dans les ERP : le pouvoir du maire de fermer un établissement recevant du public

    03/01/17
    Par un arrêt rendu le 6 décembre 2016, la Cour administrative d’appel de Bordeaux a jugé légal l'arrêté du maire de la commune d'Urepel en date du 2 octobre 2013 prononçant la fermeture administrative d'un fonds de commerce de café-restaurant en raison de divers manquements aux règles de sécurité applicables aux établissements recevant du public, ci-après « ERP ».
  • Restriction de l'exercice du droit de grève dans les services publics Dialogue social

    Restriction de l’exercice du droit de grève dans les services publics

    07/12/16
    Le droit de grève étant un droit inscrit dans le préambule de la Constitution de 1958 c’est naturellement que l’article 10 de la loi du 13 juillet 1983 pose le principe selon lequel les fonctionnaires exercent leur droit de grève dans le cadre des lois qui le réglementent.
  • Tous les articles juridiques