Agnès Buzyn annonce les priorités de sa politique familiale

Enfance et famille

La ministre des Solidarités et de la Santé entend porter « une attention particulière » aux enfants les plus fragiles, notamment ceux vivant dans des familles monoparentales.

Au conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) réuni le 19 septembre, la ministre des Solidarités et de la Santé a présenté ses priorités pour la politique familiale et en matière de lutte contre la pauvreté. En dépit des « réussites » de la politique familiale, la France se caractérise par un nombre élevé d’enfants pauvres et par le fait que les familles moins aisées recourent comparativement moins que dans d’autres pays à des solutions de garde collective, « qui sont pourtant favorables au développement de l’enfant et à l’égalité des chances », a rappelé Agnès Buzyn.

La ministre va donc porter « une attention particulière » à la situation des enfants les plus fragiles, notamment ceux vivant dans des familles monoparentales. La prochaine convention entre l’État et la CNAF sera l’occasion de prévoir, sur une durée de 5 ans, la création de places supplémentaires en crèches « qui répondent territorialement aux besoins des parents, en lien avec les communes ». Parallèlement, le financement des établissements d’accueil du jeune enfant (EAJE) sera simplifié et un travail sur les normes entrepris, « tout en garantissant la sécurité et la qualité de l’accueil des enfants », a-t-elle précisé. La ministre a aussi formulé le souhait de travailler avec les communes sur la question de la transparence des critères d’accès aux places de crèches, en lien avec la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Elle a également indiqué que les assistants maternels « doivent être soutenus et mieux accompagnés dans l’exercice de leur profession. »

Devant les membres du conseil d’administration de la Cnaf, la ministre des Solidarités et de la Santé s’est enfin engagée, dans le cadre de la future convention État-Cnaf, à :

  • Favoriser l’accueil d’enfants handicapés dans les crèches, en lien avec la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.
  • Soutenir la politique d’accompagnement de la parentalité « par une politique plus structurée ».
  • Accroître le taux de recours aux minima sociaux tout en garantissant un lien plus fort avec le retour à l’emploi, en lien avec la ministre du Travail.
  • Franchir un nouveau palier dans la simplification de l’accès aux droits en harmonisant les bases ressources, en supprimant les pièces justificatives inutiles, en utilisant les potentialités de la déclaration sociale unique et du prélèvement à la source.
  • Faire évoluer le pilotage de la gestion des crédits d’action sociale des caisses d’allocations familiales (CAF) « pour rendre cette politique plus lisible dans les territoires ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum