Trois communes près de Caen tentent de résister à l’intercommunalité

Intercommunalité

Les communes littorales de Ouistreham et Colleville-Montgomery (Calvados) vont organiser des référendum sur leur intégration imminente à l’agglomération Caen-la-mer, à laquelle leurs maires sont hostiles, tandis qu’une troisième commune envisage de saisir la justice, a-t-on appris mercredi.

« Le conseil municipal a adopté vendredi soir à l’unanimité moins une abstention l’organisation d’une consultation le 25 avril », a indiqué à l’AFP André Ledran, maire de Ouistreham (8.700 habitants) et conseiller général PS, depuis 30 ans. Et ce malgré un courrier du préfet daté du 19 janvier l’estimant illégale.

« Une éventuelle délibération de votre commune » organisant un référendum local « interviendrait (…) en dehors de tout cadre légal et m’amènerait à en demander l’annulation au juge administratif », écrit Didier Lallement.

La commune voisine de Colleville-Montgomery (1.925 habitants) organisera aussi une consultation, le 25 mars, selon la mairie. Et le maire de Mouen (1.300 habitants), Hubert Ogier a indiqué avoir déposé lundi un recours gracieux contre l’arrêté du préfet élargissant le périmètre de Caen-la-mer.

« Qu’est-ce qu’on en a à faire que Caen-la-mer soit plus gros ou pas ? Il faut arrêter de vouloir grossir. Cette boulimie conduit à l’inefficacité. Caen ne sera jamais aussi gros que Rouen », tonne André Ledran.

Un arrêté préfectoral du 12 janvier prévoit d’élargir le périmètre de la communauté de communes Caen-la-mer (29 communes actuellement) à six communes supplémentaires dont Ouistreham, Colleville et Mouen.

Récemment le préfet a souligné la nécessité pour les communes de se regrouper afin d’obtenir des prêts bancaires.

Les communes concernées disposent d’un délai de trois mois pour émettre leur avis. Laccord doit être exprimé par la moitié au moins des communes représentant la moitié au moins de la population totale.

La redéfinition du périmètre de l’intercommunalité constitue l’un des points forts de la réforme territoriale de 2010, avec la création du très controversé conseiller territorial. La loi fixe au 31 décembre 2011 la date d’achèvement des nouvelles intercommunalités.

En juin 2010, les habitants de douze communes de l’Est marseillais avaient voté contre l’intégration de leur localité à la communauté urbaine de Marseille, lors d’un référendum local.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Posté le 25/01/12 par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum