Un coup de pouce financier pour sortir de la prostitution

Lutte contre les exclusions

Un récent décret crée l’aide financière à l’insertion sociale et professionnelle (AFIS) destinée aux personnes engagées dans un parcours de sortie de la prostitution.

Le décret instaurant l’aide financière à l’insertion sociale et professionnelle (AFIS) pour accompagner la sortie du système prostitutionnel est paru au Journal officiel du 14 avril 2017. « Tous les textes d’application ont désormais été pris pour permettre la mise en œuvre sur le terrain de ce dispositif inédit qu’est le parcours de sortie de la prostitution prévu par la loi du 13 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées », se félicite la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes. D’un montant de 330 euros mensuels (majoré en cas d’enfant(s) à charge), l’AFIS sera versée sur décision des préfets, après instruction des commissions départementales, aux personnes prostituées s’engageant dans le parcours de sortie de la prostitution et ne pouvant bénéficier ni du RSA, ni d’aucun autre revenu minimum social.

Ce nouveau décret vient compléter celui relatif au parcours de sortie de la prostitution, publié le 28 octobre 2016, qui définit les conditions d’agrément des associations par les préfets, l’organisation des commissions départementales de lutte contre la prostitution, le proxénétisme et la traite des êtres humains aux fins d’exploitations sexuelles, ainsi que le contenu et les modalités d’entrée dans le parcours de sortie de la prostitution.

Depuis avril 2016, ce sont plus de 900 contraventions qui ont été dressées par les services de police et de gendarmerie à l’encontre des clients désormais passibles d’une amende de 1 500 euros, révèle le ministère. « Ce chiffre ne cesse d’augmenter et témoigne de la mobilisation des forces de l’ordre sur le terrain », commente Laurence Rossignol.

Un décret publié le 12 décembre 2016 permet également d’imposer aux clients de suivre un stage de sensibilisation à la lutte contre l’achat d’actes sexuels, rappelle la ministre.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum