Adapter le parc social à la perte d’autonomie des résidents

Personnes âgées

L’État et l’USH viennent de signer une convention visant l’adaptation des logements HLM à la perte d’autonomie des résidents liée au vieillissement ou au handicap.

La ministre du Logement et de l’Habitat durable, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion et la secrétaire d’État chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie ont signé, le 14 février, une convention avec l’Union sociale pour l’habitat (USH) pour l’adaptation des logements et du cadre de vie du parc social à la perte d’autonomie des résidents liée au vieillissement ou au handicap. « Que la question d’autonomie soit liée à l’âge ou au handicap, le parc social doit permettre l’accueil et le maintien à domicile de chacun, dans des conditions de confort et de sécurité appropriées. Si plus de 65 000 logements sociaux ont déjà bénéficié de travaux d’adaptation depuis 2012, ces questions constituent un enjeu majeur des prochaines décennies et cette convention doit permettre d’amplifier cette dynamique sur les années à venir », a déclaré Emmanuelle Cosse.

Annoncée à l’occasion du Congrès HLM réuni à Nantes fin septembre 2016, cette convention d’une durée de trois ans (2017-2019) vise à mobiliser les bailleurs sociaux autour des besoins liés à la prise en compte de la perte d’autonomie liés à l’âge ou au handicap dans tous les registres de la gestion patrimoniale, locative, sociale et de proximité. Sa signature engage le mouvement HLM sur trois axes vis-à-vis de l’État :

  • Développer une offre de logements adaptés
  • Améliorer l’articulation avec les politiques locales
  • Encourager l’innovation et capitaliser les bonnes pratiques

Un comité de pilotage suivra la mise en œuvre des engagements prévus dans la convention. Au programme :

  • La réalisation d’une enquête pour recenser les logements adaptés au vieillissement et au handicap en fonction de critères communs et le suivi des travaux effectués pour favoriser une meilleure adéquation entre l’offre et la demande au profit de personnes en situation de perte d’autonomie.
  • L’expérimentation de démarches partenariales à l’échelle locale pour favoriser une approche globale et la coordination de l’ensemble des acteurs locaux et des politiques : urbanisme, équipements publics, habitat, services… Si le bâti se doit d’être accessible, les personnes doivent aussi pouvoir se déplacer et accéder aux services dont elles ont besoin.
  • L’organisation d’une 3e édition du concours « HLM, partenaires des âgés » et la mise en place d’un concours similaire sur le thème du handicap, dès 2017. Ces initiatives participent, notamment, à la sensibilisation sur ces sujets et à la valorisation des bonnes pratiques.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum