Handicap : la Croix-Rouge française signe la Charte Romain Jacob

Personnes handicapées

La signature de cette Charte marque une étape supplémentaire dans l’engagement de la Croix-Rouge française auprès des personnes en situation de handicap.

En juin 2013, Pascal Jacob, président de l’association Handidactique, a remis au gouvernement un rapport sur l’accès à la santé des personnes en situation de handicap. Il dressait alors un constat préoccupant et présentait de nombreuses propositions pour améliorer les parcours de santé et les modalités de prise en charge et d’accompagnement. De ce rapport, est née la charte nationale « Romain Jacob : unis pour l’accès à la santé des personnes en situation de handicap ». Avec pour objectif de fédérer l’ensemble des acteurs régionaux et nationaux autour de l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées.

Cette charte comporte 12 articles visant à donner toute leur place aux personnes en situation de handicap dans les parcours de soins, en respectant leurs besoins particuliers et en déployant coordination, complémentarité et outils partagés.

Début avril, la Croix-Rouge française et l’association Handidactique ont signé la charte Romain Jacob. La signature a eu lieu dans l’un des établissements de la Croix-Rouge française, le Centre de médecine physique et de réadaptation pour enfants (CMPR) de Bois-Larris, dans l’Oise.

La santé est au cœur des priorités de la Croix-Rouge française, qui se retrouve « parfaitement » dans les valeurs et les engagements exprimés par la Charte Romain Jacob. En la signant, elle concrétise sa volonté « d’aller encore plus loin pour unir ses efforts avec les actuels signataires ». C’est une étape supplémentaire dans son engagement auprès des personnes en situation de handicap. Depuis plusieurs années, la Croix-Rouge française mène, en effet, des actions en faveur de l’accès aux soins et à la santé des personnes en situation de handicap.

Elle a également réalisé une grande enquête auprès de l’ensemble de ses établissements sociaux et médico-sociaux afin de déterminer, avec les personnes concernées, les besoins en santé et ainsi déployer un plan d’actions global. Cette initiative a pour objectifs de mettre en contact les professionnels des différents établissements du médico-social et du sanitaire, via la télémédecine, « afin de couvrir des besoins non pourvus et de prévoir des dispositifs qui « vont vers » les personnes pour pouvoir toucher ceux qui en ont le plus besoin ».

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum