Handicap : l’APF attend des « mesures d’urgence »

Personnes handicapées

L’APF propose une feuille de route pour le début du nouveau quinquennat.

L’APF se félicite de la nomination de Sophie Cluzel, « une femme engagée », au poste de Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées auprès du Premier ministre. Ce rattachement à Matignon répond à sa demande « pour une approche transversale du handicap ».

L’association a proposé, fin mai, une feuille de route pour les 100 premiers jours du nouveau quinquennat. Pour l’APF, « c’est dès maintenant que des mesures d’urgence sont attendues ». Ainsi, elle sera attentive aux réformes prévues dès cet été sur l’emploi, la santé et l’éducation, afin que les situations de handicap et leurs spécificités soient bien prises en compte dans ces projets.

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a pris l’engagement de revaloriser l’allocation aux adultes handicapés (AAH) de 100 euros par mois. L’APF attend la concrétisation de cette promesse « dès 2017 » et demande l’ouverture d’un chantier sur un revenu d’existence décent.

« Afin qu’aucune personne en situation de handicap ne vive dans la précarité, ce revenu devra être au moins égal au seuil de pauvreté et déconnecté des revenus du  conjoint ou du concubin », suggère l’association.

Une autre priorité pour les personnes en situation de handicap et leur famille est la concrétisation de l’engagement pris lors du dernier Comité interministériel du handicap en décembre 2016 : l’élargissement du périmètre de la prestation de compensation (PCH) à l’aide à la parentalité et la suppression de la barrière d’âge à 75 ans.

« Il est aussi urgent d’engager un chantier sur le droit à compensation, pour que celle-ci soit enfin intégrale, sans reste à charges pour les personnes, tout en gardant son caractère individuel », ajoute l’association.

Enfin, l’obligation d’accessibilité des lieux publics et des transports en commun, « qui a régressé ces 5 dernières années, doit être au cœur des préoccupations. » Aussi, l’APF demande la mise en place d’une stratégie conduisant à une réelle accessibilité d’aller et venir pour tous, dès le début de ce quinquennat.

Pour mener à bien tous ces chantiers, l’APF souhaite la tenue d’États généraux du handicap, « pour dresser un état des lieux et proposer des mesures co-construites ».

Parallèlement, l’association demande la réunion d’une Conférence nationale du handicap, « d’ici la fin de l’année », pour mesurer l’état d’avancement des dossiers et les progrès réalisés. Ce rendez-vous, sous la forme d’une Conférence nationale du handicap ou d’un Comité interministériel du handicap, doit être annuel, estime l’APF.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum