Fonction publique : hausse du minimum de traitement, après celle du Smic

Rémunération

Le minimum de traitement dans la Fonction publique a été revalorisé par un décret paru jeudi au Journal officiel, pour tenir compte de la récente revalorisation du Smic.

Au 1er janvier, le Smic est passé à 1 398,37 euros brut par mois. Pour que les fonctionnaires les moins bien payés ne se retrouvent pas en deçà de ce seuil, le gouvernement a donc relevé le minimum de traitement par décret à ce niveau. Cela représente une augmentation de 32,41 euros brut mensuel pour les agents concernés.

Le décret accorde également des points d’indice supplémentaires aux agents légèrement mieux rémunérés, pour que la hausse du minimum de traitement n’annule pas la progression des rémunérations. Cette mesure bénéficie à près d’un million d’agents. Elle représente pour les employeurs publics une dépense en année pleine de l’ordre de 562 millions d’euros.

Le point d’indice, qui sert de base au calcul des salaires des 5,3 millions d’agents, a été gelé dans son ensemble pour 2011 et 2012.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Que vous ayez ponctuellement besoin de valider un point réglementaire par un écrit, ou que vous souhaitiez pouvoir disposer d’une assistance juridique régulière, vous trouverez la formule qui vous convient.

Découvrir

L'analyse des spécialistes

  • Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ? Administration

    Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ?

    30/06/15

    Suite à la réécriture par le Sénat du projet de loi NOTRe sur les compétences des collectivités, le 2 juin dernier, doit-on toujours craindre à terme une disparition des communes ? Quel avenir pour les communes dans le cadre du projet de loi NOTRe  ? Donatien de Bailliencourt, Avocat Counsel au sein du cabinet Granrut, nous éclaire.

  • Projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé Urbanisme

    Le projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé

    29/06/15

    Le projet urbain partenarial (PUP) a été conçu comme un mécanisme contractuel et facultatif de préfinancement d'équipements publics nécessaires à une opération de construction ou d'aménagement. Avec la loi Alur, le dispositif connaît une profonde évolution puisque la conclusion d'un PUP peut devenir obligatoire.

  • La suppression du COS Urbanisme

    L’étrange suppression du COS : une arme émoussée,… à double tranchant !

    11/06/15

    La suppression du COS, par la loi du 24 mars 2014 dite « ALUR », a été voulue comme une "arme" affutée pour libérer la densité urbaine. Certains élus s'en inquiètent. À tort, car cette « arme » est en fait bien émoussée. Pire, elle est à double tranchant, car elle supprime paradoxalement un outil de densification, que le législateur recherchait !

  • Tous les articles juridiques