Un accident survenu à un agent public en mission est-il forcément un accident de service?

Santé et sécurité au travail

Non : tout accident survenu lorsqu’un agent public est en mission doit être regardé comme un accident de service, alors même qu’il serait survenu à l’occasion d’un acte de la vie courante, sauf s’il a eu lieu lors d’une interruption de cette mission pour des motifs personnels.

En l’espèce, M. X, magistrat, chef de l’inspection des services pénitentiaires, en mission les 13 et 14 janvier 2003 au centre de détention de Mauzac (Dordogne), qui avait passé la nuit dans un hôtel sis à Lalinde, localité voisine de ce centre, a, dans la matinée du 14 janvier 2003, glissé dans la salle de bain de sa chambre d’hôtel et s’est blessé en heurtant le bord de la baignoire.

Dans son arrêt en date du 3 décembre 2004, le Conseil d’État considère que la circonstance que cet accident soit survenu à l’occasion d’un acte de la vie courante n’était pas de nature à lui faire perdre le caractère d’accident de service.

Dès lors, M. X est fondé à soutenir qu’en refusant de reconnaître comme accident de service l’accident dont il a été victime le Garde des sceaux, ministre de la Justice, a fait une inexacte application des règles énoncées ci-dessus.
 

André Icard
 

Texte de référence : Conseil d’État, Section du  Contentieux, du 3 décembre 2004, n° 260786, publié au recueil Lebon

 

Source : publié sur andre.icard

Que vous ayez ponctuellement besoin de valider un point réglementaire par un écrit, ou que vous souhaitiez pouvoir disposer d’une assistance juridique régulière, vous trouverez la formule qui vous convient.

Découvrir

L'analyse des spécialistes

  • Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ? Administration

    Réforme territoriale : allons-nous vers la disparition des communes ?

    30/06/15

    Suite à la réécriture par le Sénat du projet de loi NOTRe sur les compétences des collectivités, le 2 juin dernier, doit-on toujours craindre à terme une disparition des communes ? Quel avenir pour les communes dans le cadre du projet de loi NOTRe  ? Donatien de Bailliencourt, Avocat Counsel au sein du cabinet Granrut, nous éclaire.

  • Projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé Urbanisme

    Le projet urbain partenarial : ce que la loi Alur a changé

    29/06/15

    Le projet urbain partenarial (PUP) a été conçu comme un mécanisme contractuel et facultatif de préfinancement d'équipements publics nécessaires à une opération de construction ou d'aménagement. Avec la loi Alur, le dispositif connaît une profonde évolution puisque la conclusion d'un PUP peut devenir obligatoire.

  • La suppression du COS Urbanisme

    L’étrange suppression du COS : une arme émoussée,… à double tranchant !

    11/06/15

    La suppression du COS, par la loi du 24 mars 2014 dite « ALUR », a été voulue comme une "arme" affutée pour libérer la densité urbaine. Certains élus s'en inquiètent. À tort, car cette « arme » est en fait bien émoussée. Pire, elle est à double tranchant, car elle supprime paradoxalement un outil de densification, que le législateur recherchait !

  • Tous les articles juridiques