Les modes d'accueil du jeune enfant utilisés par les familles : un réel choix ?

Les familles choisissent-elles réellement le mode d'accueil de leur enfant ? Quels sont les facteurs déterminants ? Comment les modes d'accueil de la petite enfance s'articulent-ils en fonction des régions ? Malgré les aides apportées par la caisse d'allocations familiales (CAF), les familles sont limitées par leurs revenus dans le choix d'un mode d'accueil. Qu'en est-il des contraintes professionnelles ?

Enfin, il est aussi intéressant de voir quel est l'impact des représentations sociales et familiales de la « garde » selon les territoires.

À l'heure où l'on parle de droit à la garde d'enfant pour permettre une meilleure conciliation vie de la vie familiale et de la vie professionnelle, on peut s'interroger sur le choix réel des familles concernant leur mode d'accueil.

Les familles choisissent-elles réellement le mode d'accueil de leur(s) enfant(s) ? Quels sont les facteurs qui conditionnent leur choix ? Toutes les familles ont-elles les mêmes chances de trouver un mode d'accueil ?

La complexité de ce « processus » de choix invite à réfléchir sur les stratégies de développement qu'il est possible de mener sur votre territoire. En effet, multifactoriel, l'accueil du jeune enfant ne dépend pas seulement des efforts de la collectivité à proposer une diversité de modes d'accueil sur son territoire.

Pour autant, des conséquences non négligeables de ce choix sont enregistrées sur l'articulation vie familiale/vie sociale/vie professionnelle, sur la natalité, sur le développement de l'enfant ou encore sur la prévention des exclusions.

Ce chapitre n'a pas pour objet de présenter de manière exhaustive l'ensemble des facteurs de choix mais d'en esquisser les principaux pour réfléchir autrement sur la politique d'accueil des enfants de moins de six ans.

L'environnement

Bien évidemment, l'environnement est le premier facteur qui vient à l'idée. Le choix des familles est conditionné par l'offre existante sur le territoire.

Outre l'offre calculée en nombre de places, c'est surtout à travers la diversité de celle-ci que l'environnement influe sur le choix des familles. Ainsi, beaucoup de collectivités, notamment rurales, peuvent disposer d'une offre suffisante en nombre de places, mais ne permettent que très rarement une diversité de choix. Les familles n'ont donc que la possibilité de faire appel à un assistant maternel ou à une personne à domicile. La diversité de l'offre peut se traduire par une proposition de différents types d'accueil (accueil individuel/accueil collectif), mais aussi dans les modes de fonctionnement (une halte-garderie offrira, certes, un accueil collectif, mais si elle est fermée le midi, elle ne pourra pas répondre aux besoins des familles ayant des besoins réguliers).

Les assistants maternels sont souvent réticents à ce que soient développés...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.