Interventions et aides sociales

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Interventions et aides sociales

Maîtriser l'ensemble des dispositifs de l'action sociale : logement, santé, revenus, emploi, insertion professionnelle...

Nous vous recommandons

Interventions sociales et médico-sociales à domicile

Interventions sociales et médico-sociales à domicile

Faire une recherche dans cette publication :

L’organisation de la psychiatrie

Dans le domaine de la lutte contre les maladies mentales, on distingue :

  • la psychiatrie sectorisée qui regroupe une majorité des établissements publics et une partie des établissements privés,

  • la psychiatrie non sectorisée, composée du reste des établissements, essentiellement privés.

Quelles sont les différentes structures de soins de psychiatre générale ou infanto-juvénile ?

Lutte contre les maladies mentales

L’organisation de la psychiatrie se donne pour but de lutter contre les maladies mentales. Pour y parvenir, elle développe des actions de prévention, de diagnostic, de soins, de réadaptation et de réinsertion sociale. L’offre de soins psychiatriques fait l’objet d’une organisation très spécifique. On distingue ainsi la psychiatrie sectorisée, qui regroupe une majorité des établissements publics et une partie des établissements privés, de la psychiatrie non sectorisée, composée du reste des établissements essentiellement privés.

I - La sectorisation psychiatrique

Circonscriptions géographiques

Cette organisation comprend tout d’abord le découpage du territoire en circonscriptions géographiques, appelées « secteurs psychiatriques » (par exemple, la région Île-de-France comprend 148 secteurs de psychiatrie générale et 51 secteurs de psychiatrie infanto-juvénile). Les secteurs sont rattachés soit à des centres hospitaliers spécialisés, soit à des hôpitaux généraux. À l’intérieur du secteur auquel un malade mental est affecté, une équipe médico-sociale assure la continuité entre les différentes actions de diagnostic, de soins, de postcure et de réadaptation.

Commission régionale de concertation en santé mentale

Le décret n° 2005-434 du 6 mai 2005 (JO du 8 mai 2005) prévoit qu’elle remplacera les conseils départementaux de santé mentale, avec une compétence élargie :

  • contribuer à la définition, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation de la politique de santé mentale ;

  • formuler des propositions sur le schéma régional d’organisation sanitaire (SROS), sur le développement des réseaux de santé et les modalités de coopération entre les établissements de santé, les professionnels de santé libéraux et les établissements et services sociaux et médico-sociaux ;

  • intervenir en matière de formation des personnes participant aux actions de prévention, de diagnostic, de soins, de réadaptation et de réinsertion...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.