François Baroin à Matignon pour plaider en faveur de la décentralisation

Administration

François Baroin, président LR de l’Association des Maires de France, devait plaider lundi 6 mai 2019 auprès du Premier ministre en faveur de la décentralisation, une « révolution », a-t-il affirmé sur RTL, apte à « aider » Emmanuel Macron à sortir le pays de la crise.

À Matignon, où Édouard Philippe réunissait dans la matinée syndicats, patronat, associations d’élus pour lancer sa « mobilisation générale » pour l’emploi et l’écologie, M. Baroin a affirmé qu’il allait « porter au titre des maires, une ambition de décentralisation, une révolution et qui est peut-être celle qui peut aider Emmanuel Macron ».

« On est dans une impasse », « l’État doit muter profondément, se concentrer sur l’essentiel », sur « ses missions fondamentales, l’ordre, la sécurité, la défense, l’éducation, la santé… « . « On nous supprime la taxe d’habitation », a-t-il de nouveau regretté, « les Maisons France annoncées par le président existent déjà depuis très longtemps. Là, il n’y a aucune révolution, rien de nouveau », a-t-il dit.

L’élection du président Macron, dont on marque le 2e anniversaire mardi, était « une grande promesse, il a montré beaucoup d’audace, il y a eu l’intuition assez forte de l’effondrement d’un système mais qui a été remplacé par une centralisation et une impression de solitude deux ans plus tard qui est assez impressionnante », a également affirmé l’ancien ministre.

« Il y a eu de bonnes mesures sur le plan économique au début, la fiscalité sur les entreprises, la flat tax sur les dividendes, la réforme du droit du travail et puis ensuite, ça s’est bloqué, il s’est mis à distance de ce qu’on appelle encore les corps intermédiaires. S’il peut y avoir un nouveau départ, deux ans plus tard, à travers la mise en place du post-débat, nous serons preneurs d’une nouvelle méthode ».

Mais « ce qui me frappe le plus, c’est la centralisation et la solitude », a-t-il insisté.

« Il y a 15 jours, j’avais demandé un tournant fiscal, social et territorial » pour sortir de la crise des « gilets jaunes ». Aujourd’hui, M. Macron « a une occasion de faire d’un événement politique qui lui est imposé un événement historique qui structure un mandat », a-t-il affirmé.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2019

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum