La présidente de Bourgogne-Franche-Comté propose Besançon comme siège de la région

Administration

La présidente de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay (PS), a proposé lundi 30 mai d’établir le siège de la nouvelle région à Besançon, tandis que les assemblées du conseil régional se tiendraient à Dijon.

Les conseillers régionaux de Bourgogne–Franche-Comté se prononceront le 24 juin pour trancher sur cette proposition. Ils doivent également se prononcer sur le chef-lieu définitif de leur nouvelle région qui accueillera la préfecture, déjà provisoirement attribué à Dijon.

Dans un communiqué diffusé lundi, Mme Dufay propose aux élus d’installer l’Hôtel de région, siège des services administratifs du conseil régional, dans l’ancienne capitale franc-comtoise, Besançon, « au nom de l’équilibre de l’aménagement du territoire ».

Elle espère ainsi préserver l’« attractivité » et le « développement » de Besançon qui « souffre aujourd’hui du transfert progressif vers Dijon d’un certain nombre d’acteurs décisionnels publics et privés ».

Le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret (PS), a salué le « choix de bon sens » de Mme Dufay qui « promeut ainsi l’équilibre constructif » et « pose les bases de belles perspectives de travail en commun ».

Le maire de Dijon, François Rebsamen (PS) a pour sa part refusé de s’exprimer « sur une décision qui relève d’une assemblée délibérante et, selon les termes de la présidente de la région, d’un choix non partisan ».

Avant d’être élue présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui compte 57 conseillers issus des départements bourguignons et 43 seulement des départements franc-comtois, la socialiste Marie-Guite Dufay dirigeait la région Franche-Comté.

Depuis la fusion des régions, les politiques bisontins, dont M. Fousseret, se sont élevés contre les risques de voir Besançon perdre de l’influence et des administrations au profit de Dijon.

La présidente de Bourgogne-Franche-Comté invite par ailleurs les élus à confirmer Dijon comme chef-lieu définitif. La capitale bourguignonne, qui se situe au centre de la nouvelle grande région, est « l’agglomération la plus importante du point de vue démographique » et elle « bénéficie de la meilleure accessibilité du point de vue des infrastructures de transport », souligne Mme Dufay.

Marie-Guite Dufay souhaite également que Dijon devienne le lieu de réunion des assemblées plénières et des commissions, notamment car « seul le site du conseil régional de Dijon bénéficie d’un hémicycle suffisamment grand pour accueillir les 100 conseillers régionaux ».

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum