La réforme des cartes d’identité « préserve la proximité du service public »

Administration

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux a estimé que la réforme des modalités de délivrance des cartes d’identité, critiquée par certains maires, préservait « la proximité du service public », dans une interview dans les journaux du groupe Ebra.

De nombreux élus, de communes rurales notamment, contestent le nouveau système, qui se fait désormais par le recueil des données biométriques comme cela se pratique depuis 2009 pour les passeports.

Les demandes ne peuvent donc se faire que dans les communes équipées du matériel nécessaire, suscitant la colère des élus des autres communes, qui déplorent une perte d’une de leurs missions et un éloignement de leurs administrés.

« On retrouve pour la carte nationale d’identité le même débat que celui au moment de la réforme du passeport. Or huit ans après, tout le monde reconnaît son efficacité. Avec 2 200 communes équipées, soit quasiment deux fois plus que le nombre d’intercommunalités, on préserve la proximité de ce service public », répond Bruno Le Roux, en assurant que « la réforme se fait au bénéfice des usagers ».

« Après quelques semaines de mise en œuvre, nous constatons une réduction des délais d’attente. Je dis aux communes : il n’y a pas d’éloignement » des citoyens, « il y a simplement une rationalisation sur l’ensemble du territoire », ajoute-t-il.

Pour éviter l’engorgement dans certaines mairies, « l’État a décidé d’accorder des financements d’un montant exceptionnel », rappelle-t-il. « Alors que ces communes percevaient 18,3 millions d’euros pour recueillir environ 5,6 millions de demandes de passeports et de cartes nationales par an, on leur verse 17,5 millions supplémentaires pour recueillir 2,2 millions de demandes en plus ».

« S’il faut ensuite faire des ajustements, nous les ferons », assure le ministre, en rappelant avoir « mis en place ces dernières semaines 280 dispositifs de recueil supplémentaires » et « 250 autres seront installés dans les prochains mois ».

« D’ici à la fin de l’année, le nombre de ces dispositifs sera porté à plus de 4 000 » et « une centaine de stations mobiles » seront également déployées pour les usagers ne pouvant se déplacer, insiste-t-il.

La réforme est entrée en vigueur dans dix régions de France métropolitaines sur 13. Elle s’achèvera avec les régions Auvergne-Rhône-Alpes le 21 mars, Bourgogne-Franche-Comté le 22 mars et Grand Est le 28 mars.

Selon le ministère de l’Intérieur, 10 000 cartes d’identités sont délivrées quotidiennement avec les nouvelles modalités.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum