Manuel Valls et le gouvernement en force à Laon pour aider les campagnes françaises

Administration

À une semaine d’élections départementales périlleuses, Manuel Valls, accompagné de pas moins de onze ministres et secrétaires d’État, s’apprête à annoncer vendredi 13 mars à Laon, dans l’Aisne, un département convoité par le FN, une série de mesures en faveur des territoires ruraux.

De Najat Vallaud-Belkacem (Éducation) à Marisol Touraine (Santé), en passant par Stéphane Le Foll (Agriculture), Sylvia Pinel (Logement) et Fleur Pellerin (Culture et Communication) notamment, onze membres du gouvernement participeront à ce conseil inter-ministériel sur les « ruralités » au cours duquel, indique Matignon, plusieurs initiatives sont attendues pour venir en aide aux campagnes françaises.

Ce conseil inter-ministériel se veut la traduction concrète des Assises de la ruralité engagées à l’automne dernier.

Selon les services du Premier ministre, trois préoccupations principales s’imposent pour les territoires ruraux et « si on n’y répond pas, il y a une perception et un sentiment d’abandon ou de relégation ».

Il s’agit tout d’abord, selon Matignon, de garantir l’accès de l’ensemble des services publics à ces territoires (services de l’État, collectivités locales, Pôle Emploi…) et ce « dans un minimum de temps et avec un maximum de qualité ».

Autre doléance : faire en sorte qu’il y ait une « qualité de réseau sur tout le territoire » en matière de numérique, le téléphone mobile ne fonctionnant pas encore ou mal dans « un certain nombre de communes », relève Matignon.

La troisième carence concerne les offres de soins insuffisantes ou les « déserts médicaux » qui « génèrent des inégalités entre les habitants ».

Sylvia Pinel, aussi chargée de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, avait dévoilé dès décembre plusieurs mesures pour résoudre ces problèmes. Elles seront précisées vendredi, notamment un plan de lutte contre les « zones blanches » de couverture de téléphonie mobile.

La ministre avait aussi promis le soutien à la création de « maisons de santé », regroupant des spécialistes médicaux, pour lutter contre la désertification médicale.

La menace FN

D’autres mesures seront annoncées vendredi. Elles seront toutes financées et accompagnées d’un calendrier précis de réalisation, assure Matignon.

Le développement d’un territoire est intrinsèquement lié aux questions du quotidien, insiste-t-on rue de Varenne. « Si une entreprise veut s’installer, il faut que son personnel puisse avoir accès aux soins, utiliser tous les moyens de communication, avoir recours à la 3G, etc. »

Matignon assure que ce déploiement massif de ministres et secrétaires d’État à Laon n’a rien à voir avec les élections départementales, dont le premier tour aura lieu le 22 mars.

L’Aisne est pourtant l’un des quatre ou cinq départements, avec le Var, le Vaucluse ou l’Oise où le Front national est susceptible de faire un très bon score, voire de l’emporter.

« L’armature territoriale de l’Aisne est atypique et présente un certain nombre de difficultés pour l’action publique », plaide-t-on rue de Varenne en relevant que le département comprend plus de huit cents communes pour une population totale de 500 000 habitants.

A cela s’ajoute le fait que dans le nord-est de la France, « il y a eu une forte perte démographique du fait de la désindustrialisation », poursuit-on à Matignon.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum