Niveau minimal de capacité

Appel d'offres

Selon une réponse ministérielle du 29 mars 2011, le pouvoir adjudicateur peut demander un niveau minimal de capacité lié au chiffre d’affaires, au stade de la candidature, afin de vérifier la crédibilité financière d’un candidat.

L’acheteur peut exiger des entreprises candidates qu’elles apportent la preuve que leur chiffre d’affaires n’est pas inférieur à un seuil qu’il aura prédéfini en fonction du montant estimé du marché, sous réserve qu’il soit rendu nécessaire par l’objet du marché et la nature des prestations à réaliser (art. 45 du code). Le niveau d’exigence doit être proportionnel aux caractéristiques du marché afin de ne pas conduire à exclure les PME des marchés (question écrite n° 95919, réponse JOAN du 29 mars 2011, p. 3125).

L'analyse des spécialistes

  • Le forfait mobilités durables, un encouragement à prendre le vélo Développement durable

    Le forfait mobilités durables, un encouragement à prendre le vélo

    25/05/20
    Le forfait mobilités durables illustre aujourd'hui l'idée que le vélo est le moyen de transport idéal en cette période de déconfinement progressif. Instauré par la loi d'orientation des mobilités, un décret a fixé ses conditions d'application pour les salariés et un autre a, pour l'instant, étendu ce dispositif aux seuls fonctionnaires d'État.
  • Élus

    Installation et gouvernance des conseils municipaux entièrement renouvelés le 15 mars 2020 lors du 1er tour des élections municipales

    15/05/20
    Les conseillers municipaux, élus le 15 mars dernier, entreront en fonction le 18 mai prochain. Les maires et les adjoints pourront être élus entre le 23 et le 28 mai. Pour autant, en période d'état d'urgence, les règles de réunion des conseils municipaux et les pouvoirs du maire demeurent dérogatoires a minima jusqu'au 10 juillet 2020.
  • Quelle responsabilité pénale pour les maires durant l'état d'urgence sanitaire ? Élus

    Quelle responsabilité pénale pour les maires durant l’état d’urgence sanitaire ?

    13/05/20
    La loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire et complétant ses dispositions n'a pas créé une irresponsabilité pénale pour les maires et les membres du gouvernement. Pour autant, elle n'a pas résolu le schisme apparu entre les élus locaux et le gouvernement pendant la gestion de ce déconfinement.
  • Tous les articles juridiques