Menu actualité

Thématiques

Veille juridique / toutes les brèves

Même établi d'office par le maître d'œuvre, le décompte général peut faire l'objet d'une réclamation

Exécution financière du marché

Publiée le 01/07/22 par

Les stipulations du CCAG travaux ne sauraient avoir pour effet de priver le titulaire du droit de former une réclamation sur ce décompte général, même si celui-ci a été établi d’office par le maître d’œuvre.

Il résulte des stipulations du CCAG travaux que le titulaire du marché doit dresser un projet de décompte final après l’achèvement des travaux, lequel projet doit être remis au maître d’œuvre dans un délai de quarante-cinq jours à compter de la date de notification de réception des travaux. S’il ne se conforme pas à cette obligation, et après mise en demeure restée sans effet, le décompte final peut être établi d’office par le maître d’œuvre. Il appartient ensuite au maître d’ouvrage d’établir, à partir de ce décompte final et des autres documents financiers du marché, un décompte général et de le notifier au titulaire du marché. Si celui-ci n’a pas renvoyé ce décompte général dans les quarante-cinq jours, en exposant le cas échéant les motifs de son refus, ce décompte général est réputé accepté par lui et devient le décompte général et définitif du marché. Lorsque le titulaire du marché n’a pas produit de projet de décompte final et qu’après mise en demeure demeurée sans suite, ce décompte final a été établi d’office par le maître d’œuvre, les stipulations précédemment citées n’ont pas pour objet et ne sauraient avoir pour effet de le priver du droit de former, dans le délai de quarante-cinq jours suivant la transmission du décompte général du marché, une réclamation sur ce décompte général, quand bien même elle porterait sur un poste de rémunération ou d’indemnisation qui n’avait pas été mentionné dans le décompte final établi d’office par le maître d’œuvre.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 7e – 2e chambres réunies, 19 mai 2022, n° 455134