Certification des produits étrangers : doit-on demander au candidat une attestation de l'AFNOR ?

Commande publique

La secrétaire d’État chargée du commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, rappelle les règles concernant la certification des produits.

 

Recommandations

Un acheteur, pour assurer la certification de produits, peut demander aux soumissionnaires proposant une offre faisant référence à des normes étrangères de « produire l’attestation de l’AFNOR, l’Association française de normalisation, établissant l’équivalence demandée », affirme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État chargée du commerce extérieur. Elle rappelle ensuite que tout certificat, attestation, ou référence ne constitue pas, par principe, une preuve recevable. « Il a été jugé par exemple que des « certificats de capacité » ou de « compétences » signés par des architectes ne sont pas « de même nature que ceux délivrés par des organismes professionnels » et ne peuvent « être regardés comme équivalents à ces derniers » ».

Les acheteurs peuvent lire la recommandation de 1999 relative à l’utilisation des normes et des certifications dans les spécifications et à l’appréciation des équivalences. « Même si la réglementation a évolué (…), ce document conserve tout son intérêt en termes d’aide à la décision des acheteurs publics », affirme la secrétaire d’État. Autre document précieux, d’après elle, le manuel Steppin, traduit en français en 2009. Ce guide destiné à faciliter l’usage des normes est le fruit d’un consortium européen de quatorze acteurs de la commande publique et de la normalisation, parmi lesquels l’Association pour l’achat dans les services publics (APASP).

Conformité des produits

Pour assurer la certification des produits, les acheteurs publics « ne sont plus tenus de faire référence à des normes homologuées mais ils ont toujours la faculté de le faire », affirme Anne-Marie Idrac. Pour vérifier la conformité des produits aux exigences spécifiées, les pouvoirs adjudicateurs peuvent exiger que les candidats fournissent des certificats de qualifications professionnelles et des certificats de qualité. L’acheteur fera attention à ce que l’organisme de qualification présente les garanties d’indépendance et de fiabilité nécessaires.

Bien sûr, ces certificats ne doivent pas fermer l’accès au marché public et entraver la concurrence, « ainsi, l’exigence d’un certificat de qualification au stade de la sélection des candidats ne doit conduire ni à imposer le choix du titulaire du marché ni à exclure certains candidats », poursuit-elle. L’acheteur acceptera d’ailleurs  « tout moyen de preuve équivalent » sous peine d’être accusé d’entrave aux échanges. Elle peut être « par exemple un dossier technique du fabricant ou un rapport d’essai d’un organisme reconnu ». Selon le Code des marchés publics, les « « organismes reconnus » sont les laboratoires d’essai ou de calibrage, ainsi que les organismes d’inspection ou de certification conformes aux normes européennes applicables, y compris ceux qui sont installés dans d’autres États membres, » rappelle par ailleurs la secrétaire d’État.

Valérie Siddahchetty

Texte de référence :

  • Question orale sans débat n° 0734S posée par le sénateur René Beaumon (UMP, Saône-et-Loire) à la secrétaire d’État chargée du commerce extérieur, publiée dans le JO Sénat du 10 décembre 2009, réponse publiée le 27 janvier 2010

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ? Urbanisme

    Le retour aux 90km/h sur les routes départementales : quels enjeux pour les élus ?

    15/07/19
    Le projet de loi Orientation des mobilités, actuellement soumis à la Commission mixte paritaire, a ouvert la possibilité pour les présidents de conseils départementaux, les maires et les présidents d’établissement de coopération intercommunale (EPCI) d’augmenter à 90 km/h la limite de circulation sur les routes du réseau secondaire. Cela correspond à une volonté gouvernementale de les responsabiliser.
  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3 Loi Blanquer Éducation

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #3

    11/07/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les DGS entre transformation et statu quo Statut

    Les DGS entre transformation et statu quo

    10/07/19
    Le projet de loi de transformation de la fonction publique a consacré une large place aux directeurs généraux des services (DGS). Pourtant, malgré l'objectif visé de diversifier les profils par l'extension du recours aux contractuels dans les communes et les EPCI à fiscalité propre, la réforme n'a pas permis de clarifier les missions des DGS. Ce nouveau texte suscite deux types de tensions. D'une part, entre statutaires et contractuels puisque les premiers craignent des risques d'atteinte au statut de la fonction publique territoriale en raison de l'extension du recours aux seconds. D'autre part, les maires et les présidents d'EPCI n'ont pas accepté de transférer une partie de leurs compétences de gestion des personnels au profit des DGS.
  • Tous les articles juridiques