Code de la commande publique: une vieille idée relancée

Commande publique

L’idée d’un Code de la commande publique réunissant l’ensemble des règles est réapparue, en début d’année, lors du débat sur le projet de loi pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés (plan de relance).

Les parlementaires ont voté sa création le 29 janvier, mais dans sa version proposée par les députés (sur les conclusions de la commission mixte paritaire). Elle exclut le Code des marchés publics. Les sénateurs auraient souhaité qu’il soit intégré. Laurent Béteille, le rapporteur pour avis de la commission des Lois du Sénat, en regrette « le manque d’ambition ».

Ce nouveau code ne comportera donc que les dispositions législatives applicables aux contrats autres que ceux régis par le CMP. Une première partie sera consacrée aux principes généraux de la commande publique (transparence, égalité d’accès) et aux règles communes de procédure pour la passation des marchés. Le texte précise que « les dispositions relatives à la publicité pour les marchés passés en dessous des seuils européens devront réduire au maximum les incertitudes juridiques pour les acheteurs publics tout en facilitant l’accès à l’information des entreprises candidates ».

La seconde partie aura trait aux règles spécifiques applicables aux contrats non régis par le Code des marchés publics. Le nombre de types de contrats devrait à cette occasion être réduit « afin d’éviter les problèmes de chevauchement et de frontières ». La troisième partie apparaît, quant à elle, plus floue, puisqu’elle « traitera des autres règles de la commande publique ». L’élaboration de ce code doit se faire « dans le respect du droit européen, de l’intelligibilité de la norme pour tous les acteurs de la commande publique et avec le souci de faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises à la commande publique ».

C’est le gouvernement qui est chargé (par voie d’habilitation) de réaliser ce nouveau document dans les 18 mois. Il pourra à cette fin modifier toute une série de codes (collectivités territoriales, construction et habitation, santé publique, urbanisme, voie routière, propriété des personnes publiques), ainsi que plusieurs lois, notamment celles relatives à la maîtrise d’ouvrage publique, à la transparence et à la régularité des procédures de marchés et à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques. Les ordonnances du 17 juin 2004 sur les contrats de partenariat et du 6 juin 2005 (personnes non soumises au Code des marchés publics), pourtant fraîchement remodelées, pourraient, elles aussi, repasser sous les fourches caudines de la réécriture…

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques