Code de la commande publique: une vieille idée relancée

Commande publique

L’idée d’un Code de la commande publique réunissant l’ensemble des règles est réapparue, en début d’année, lors du débat sur le projet de loi pour l’accélération des programmes de construction et d’investissement publics et privés (plan de relance).

Les parlementaires ont voté sa création le 29 janvier, mais dans sa version proposée par les députés (sur les conclusions de la commission mixte paritaire). Elle exclut le Code des marchés publics. Les sénateurs auraient souhaité qu’il soit intégré. Laurent Béteille, le rapporteur pour avis de la commission des Lois du Sénat, en regrette « le manque d’ambition ».

Ce nouveau code ne comportera donc que les dispositions législatives applicables aux contrats autres que ceux régis par le CMP. Une première partie sera consacrée aux principes généraux de la commande publique (transparence, égalité d’accès) et aux règles communes de procédure pour la passation des marchés. Le texte précise que « les dispositions relatives à la publicité pour les marchés passés en dessous des seuils européens devront réduire au maximum les incertitudes juridiques pour les acheteurs publics tout en facilitant l’accès à l’information des entreprises candidates ».

La seconde partie aura trait aux règles spécifiques applicables aux contrats non régis par le Code des marchés publics. Le nombre de types de contrats devrait à cette occasion être réduit « afin d’éviter les problèmes de chevauchement et de frontières ». La troisième partie apparaît, quant à elle, plus floue, puisqu’elle « traitera des autres règles de la commande publique ». L’élaboration de ce code doit se faire « dans le respect du droit européen, de l’intelligibilité de la norme pour tous les acteurs de la commande publique et avec le souci de faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises à la commande publique ».

C’est le gouvernement qui est chargé (par voie d’habilitation) de réaliser ce nouveau document dans les 18 mois. Il pourra à cette fin modifier toute une série de codes (collectivités territoriales, construction et habitation, santé publique, urbanisme, voie routière, propriété des personnes publiques), ainsi que plusieurs lois, notamment celles relatives à la maîtrise d’ouvrage publique, à la transparence et à la régularité des procédures de marchés et à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques. Les ordonnances du 17 juin 2004 sur les contrats de partenariat et du 6 juin 2005 (personnes non soumises au Code des marchés publics), pourtant fraîchement remodelées, pourraient, elles aussi, repasser sous les fourches caudines de la réécriture…

L'analyse des spécialistes

  • Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales Urbanisme

    Les arrêtés de péril, question de droit et questions sociales

    11/12/18
    L'effondrement récent de deux immeubles d'habitation au centre-ville de Marseille réinterroge les acteurs publics et la population sur les pouvoirs de police du maire en matière d'habitat dégradé. En effet, quel que soit le propriétaire du bâtiment, dès lors qu'il constitue une menace pour la sécurité publique, il ne peut pas échapper au contrôle et à l'intervention de la sphère publique.
  • La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l'état civil Administration

    La reconnaissance des signes diacritiques dans les documents de l’état civil

    29/10/18
    Intimement lié à la linguistique et obéissant aux règles grammaticales propres à chaque langue, l'usage du signe diacritique est devenu, entre les défenseurs du français et les tenants des langues régionales*, un sujet polémique qui a des implications jusque dans  l'établissement des actes de l'état civil.
  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Tous les articles juridiques