Quelle indication de prix apporter dans un marché à bons de commande ?

Commande publique

Selon une décision du Conseil d’État du 18 juin 2010, les acheteurs publics n’ont pas à préciser la valeur de chaque prestation dans le cadre d’un marché à bons de commande.

 

Pour la haute juridiction administrative, la seule indication d’un montant minimum et maximum dans un marché à bons de commande, quand l’acheteur décide d’en fixer, suffit. Un pouvoir adjudicateur n’a pas besoin de publier d’autres précisions sur le prix.

Dans l’affaire concernée, le juge administratif suprême a jugé que l’OPAC Habitat Marseille Provence avait bien respecté les dispositions de l’article 77 du Code des marchés publics « en indiquant la seule valeur minimale et maximale du marché à bons de commande sans évaluer la valeur distincte de chacune des prestations prévues au marché ».

L’article 77 du Code des marchés publics prévoit en effet la possibilité de fixer un minimum et/ou un maximum en valeur ou en quantité dans les marchés à bons de commande (ou ni l’un ni l’autre). Il « ne formule aucune autre exigence ».

Bénédicte Rallu

Texte de référence :

 Téléchargez le document au format pdf CE 18 juin 2010, OPAC Habitat Marseille Provence

L'analyse des spécialistes

  • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

    Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

    11/02/20
    La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
  • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

    Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

    06/02/20
    En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
  • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

    « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

    04/02/20
    Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
  • Tous les articles juridiques