Fêtes de Bayonne : l’expérience payante 2018 reconduite pour financer la sécurité

Communication

Les fêtes de Bayonne, qui auront lieu du 24 au 28 juillet 2019, seront à nouveau payantes cette année après l’expérience 2018 qui avait permis de financer en partie les coûts élevés liés à la sécurité de l’un des plus grands rassemblements festifs d’Europe.

Pour cette nouvelle édition, le droit d’entrée de 8 euros est toujours de rigueur, tout comme « le très haut niveau de sécurité » instauré depuis l’attentat de Nice de 2016, a annoncé à la presse Christian Millet-Barbé, adjoint de la ville en charge du sujet, le 9 juillet.

« Dans notre souci de rationnaliser l’organisation des fêtes, la sécurité est un aspect primordial », a assuré Jean-René Etchegaray, maire (UDI) de la ville, qui estime à un tiers du budget global les dépenses liées à la sécurité, soit un million d’euros.

Après une première édition test, la ville estime que le dispositif payant aura permis de couvrir une « bonne partie » de ces frais.

M. Etchagaray avance le chiffre de 750 000 euros de gain en 2018 et espère que l’édition 2019 pourra combler davantage encore le budget de la ville.

Dans les faits, le périmètre du centre-ville est fermé pour toute la durée des Fêtes et plusieurs points d’accès, avec fouilles des visiteurs, sont mis en place aux différentes entrées.

En 2018, la création d’un « passe » payant sous forme de bracelet avait suscité une fronde, notamment de la part de certaines associations et de cafetiers.

Ce changement avait été justifié par les frais toujours croissants de sécurité, ainsi que par une circulaire du ministère de l’Intérieur qui prévoyait que les missions des services d’ordre dans les gros événements soient remboursées à l’État par les organisateurs.

« L’an dernier, j’avais refusé de signer cette convention au motif que ça n’avait pas été mis en place dans les autres rassemblements en France et à ce jour nous n’avons toujours pas réglé », assure le maire.

« On ne nous a rien dit pour cette année et nous demander ça à quelques semaines d’un G7 serait malvenu. Du moins, je le comprendrais très très mal », a-t-il ajouté.

Les Fêtes de Bayonne, créées en 1932, attirent chaque année entre 800 000 et un million de « festayres » (fêtards en langue gasconne), vêtus de rouge et de blanc, la tenue officielle.

Pendant quatre jours et cinq nuits, du mercredi au dimanche, animations sportives et culturelles, concerts, défilés en tout genre et concours gastronomiques animent les rues bondées.

« La ville de Bayonne n’est que l’organe public qui assure les Fêtes, mais tout le contenu, on le doit à nos associations », tient à souligner M. Etchegaray.

Comme chaque année, les Fêtes sont officiellement ouvertes le mercredi soir du haut du balcon de l’hôtel de ville, d’où des personnalités lancent les clés de la ville dans la foule massée sur le parvis. De nombreuses célébrités ont défilé au balcon pour perpétuer ce rituel consistant à livrer la cité aux festayres pour cinq jours, comme Johnny Hallyday en 1972 ou Yannick Noah en 2007.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2019

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum