La région prend en main l’avenir du musée des Tissus à Lyon

Communication

Le musée des Tissus de Lyon ne fermera pas : son propriétaire actuel, la Chambre de Commerce, a annoncé lundi 9 octobre sa cession pour l’euro symbolique à la région Auvergne-Rhône-Alpes, à charge pour elle d’assurer sa « renaissance ».

Depuis trois ans, l’avenir de cette collection de grande valeur et de son voisin, le musée des Arts décoratifs, était incertain, la CCI ayant annoncé qu’elle n’avait plus les moyens d’assurer son fonctionnement.

De longues et difficiles négociations s’étaient engagées entre la CCI, la ville de Lyon, la région et l’État pour éviter la fermeture. Deux scénarios avaient finalement été mis sur la table, l’un par la région au mois de mai, l’autre détaillé tout récemment par la ville.

Mais une ultime réunion du comité de pilotage avait échoué à mettre tout le monde d’accord vendredi 6 octobre et le président de la CCI, Emmanuel Imberton, avait indiqué qu’il prendrait une décision ce lundi 10 octobre.

Il a finalement opté pour le projet porté par la région. Une décision « bien réfléchie », a-t-il déclaré devant la presse, soulignant que « sans Laurent Wauquiez (président du conseil régional) et la région, le musée aurait fermé ».

« La région prend la tête du projet de renaissance du musée des Tissus », s’est félicité l’élu LR à ses côtés.

La CCI prévoit de céder les deux hôtels particuliers abritant les musées à la région, pour l’euro symbolique, alors que leur valeur est estimée à 16 millions d’euros. En échange, la collectivité s’engage à investir 10 millions dans des travaux de modernisation, estimés à environ 30 millions.

Sont notamment envisagés une boutique, un restaurant et une refonte de la présentation muséographique. L’ambition est d’en faire « un grand lieu culturel de Lyon » et d’accueillir 100 000 visiteurs par an, contre 60 000 aujourd’hui.

Le budget de fonctionnement sera financé par la région (1,3 million d’euros par an), la CCI (500 000 euros) et l’État qui s’était engagé à hauteur de 300 000 euros annuels, à partir de 2018 et sur trois ans, plus cinq millions d’euros maximum pour les travaux. La région compte aussi trouver des mécènes privés.

La métropole et la ville ne participeront donc pas au financement et à la gouvernance du futur musée, selon M. Imberton, dont la main est cependant « toujours tendue ». « Il est rarissime que la région intervienne sans aucun engagement de la ville », a déploré M. Wauquiez.

Le musée des tissus de Lyon, capitale de la soie, retrace 4 500 ans d’histoire du textile, de la tunique en lin datant de 2 150 avant Jésus-Christ aux derniers tissus composites utilisés dans l’aéronautique. Il emploie 25 salariés.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum