Tourisme fluvial et véloroutes : cinq départements veulent développer l’Axe Seine

Communication

Croisières fluviales, véloroutes, et culture : réunis en association, cinq départements traversés par la Seine en aval de Paris veulent développer l’axe fluvial qui « accompagne le quotidien de 6 millions d’habitants », mais dont, selon ses promoteurs, les atouts touristiques ont été jusque-là sous-exploités.

« La Seine accompagne le quotidien de 6 millions d’habitants, ce n’est pas rien », insiste Patrick Devedjian, président LR des Hauts-de-Seine, l’un des cinq départements fondateurs de la nouvelle structure, « Axe Seine », avec l’Eure, le Val-d’Oise, la Seine-Maritime et les Yvelines.

Mais si « la vallée de la Seine accueille des activités agricoles, portuaires, des industries, des centres de recherche et un total de 2,6 millions d’emplois », « l’économie s’est spécialisée dans des secteurs pas toujours porteurs d’avenir » et « les ports ont tardé à s’accorder sur des stratégies claires », déplore l’élu, en pointant également des atouts touristiques « mal exploités ».

Il faut donc, selon M. Devedjian, « donner une nouvelle impulsion au développement de la Seine, dont le potentiel est immense ».

L’association a fixé ses pistes de travail lors d’une croisière inaugurale sur le fleuve : développement du tourisme fluvial, amélioration des liaisons douces – par exemple une véloroute qui relierait Paris à la mer de façon continue -, ou marketing territorial.

Car la demande en matière de croisières sur le fleuve explose : en Seine-Maritime, « le nombre de navires évoluant sur la Seine est passée de sept en 2011 à seize en 2014 », affirme le président de ce département, Pascal Martin. Dans les Yvelines, à Mantes-la-Jolie, c’est le manque d’équipement « pour pouvoir accueillir correctement les bateaux qui s’arrêtent » qui pose problème, relève pour sa part une élue.

L’enjeu ? « Coordonner tout cela en lien avec Haropa (Ports de Paris Seine Normandie), Voies navigables de France, les départements, les régions », pour pouvoir « parler à l’État d’une seule et même voix » et « permettre de faire avancer les choses plus rapidement », exhorte M. Devedjian.

L’« Association des départements de l’Axe Seine » fonctionnera sans budget propre mais en mutualisant les moyens de ses membres. Pour sa première année, elle est présidée par le président du conseil départemental de l’Eure, Sébastien Lecornu.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum