Délégation de service public (DSP) : durée ferme ou durée maximale ?

Concurrence

Dans un arrêt du 21 mai 2010, le Conseil d’État a estimé que, dans certaines circonstances, l’indication d’une durée maximale ne soulevait pas d’incertitude particulière quand à la durée envisagée de la délégation.

 

Lors de la consultation pour la délégation de la gestion de son golf en 2009, la ville de Bordeaux avait indiqué que le contrat aurait une durée maximale de 15 ans. Saisi par l’un des candidats admis à négocier mais dont la proposition a été écartée, le juge des référés précontractuels a annulé la procédure considérant que l’incertitude pesant sur la durée avait empêché les candidats de présenter utilement leurs offres.

Son ordonnance vient d’être cassée. La haute juridiction administrative a estimé que « le montant des investissements à réaliser et à amortir contraignait les sociétés candidates dans le choix d’une durée à proposer » ; d’autre part, « les deux entreprises candidates ont établi leurs offres, compte tenu de l’ensemble des informations qui leur ont été fournies, sur la base d’une durée de 15 ans sans la moindre variante ni interrogation sur une durée éventuellement réduite » ; enfin la société requérante « a été informée, (…) par un courrier du 20 juin 2009, de ce que la durée de la délégation était de 15 ans ferme » et « a présenté une offre en se fondant exclusivement sur une telle durée ». La durée du contrat était donc bien connue des candidats et ne laissait aucune place à une quelconque incertitude susceptible de les léser.

Bénédicte Rallu

Texte de référence :

 Téléchargez le document au format pdf CE 21 mai 2010, Commune de Bordeaux, req. n° 334845

L'analyse des spécialistes

  • Mesures de continuité budgétaire, financière et fiscale des communes et des intercommunalités afin de faire face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19 Finances locales

    Mesures de continuité budgétaire, financière et fiscale des communes et des intercommunalités afin de faire face aux conséquences de l’épidémie de Covid-19

    26/03/20
    L'ordonnance n° 2020-330 du 25 mars 2020 vise à permettre aux collectivités territoriales et aux établissements publics locaux non seulement de financer l'exercice de leurs compétences, mais également d'assurer le maintien des services publics et la rémunération des agents publics qu'elles emploient.
  • La loi d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 : quels apports relatifs à la gouvernance, à l'organisation et au fonctionnement des communes et des intercommunalités ? Élus

    Que dit la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 concernant la gouvernance, l’organisation et le fonctionnement des communes et des intercommunalités ?

    26/03/20
    La loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 apporte des précisions sur la gouvernance, l'organisation et le fonctionnement des communes et des intercommunalités pendant le confinement. Tour d'horizon des principales mesures.
  • Circulaire du 17 mars 2020 : quelle installation des conseils municipaux élus le 15 mars 2020 en période de Covid-19 ? Élus

    Report de l’installation des conseils municipaux élus le 15 mars 2020

    20/03/20
    Plusieurs centaines de milliers de conseillers municipaux élus au premier tour des municipales devaient se réunir à huis clos entre le 20 et le 22 mars 2020 pour élire les maires, en pleine crise sanitaire. Une circulaire ministérielle du 17 mars 2020 devait permettre un peu partout, aux maires et à leurs équipes, d'organiser la tenue de ces conseils. Le 19 mars 2020, le Premier ministre a finalement annoncé en fin de journée le report sine die de l’installation des conseils municipaux élus dimanche dernier.
  • Tous les articles juridiques