Pas de délégation commune (DSP) pour le stationnement de surface et en ouvrages

Concurrence

Dans son rapport à la communauté urbaine de Brest métropole océane, la chambre régionale des comptes de Bretagne explique pourquoi une DSP ne peut regrouper ces deux services publics.

Comme le rappelle la chambre régionale bretonne, une communauté ne peut regrouper au sein d’une même délégation deux services publics de natures différentes, ici le stationnement de surface, relevant de la police de voirie, qui est un service public administratif (SPA) et le stationnement en ouvrages, qui est un service public industriel et commercial (SPIC).

Ce regroupement est ainsi qualifié d’abusif par la chambre régionale bretonne parce qu’il « restreint les possibilités d’une réelle concurrence et n’est pas conforme aux intérêts de la BMO ». La durée d’un contrat de concession doit être ajustée au temps nécessaire pour permettre au délégataire un retour sur investissement convenable. « Pour les contrats relatifs à l’exploitation du stationnement payant sur voirie, qui nécessitent un faible investissement, générateurs de faibles charges et de recettes importantes, une durée de six ans est considérée comme un maximum. Pour le stationnement en ouvrages, qui nécessite des investissements plus lourds et plus longs à amortir, induisant des charges importantes, et qui comporte habituellement une part de risques pour le gestionnaire, une durée maximale de 24 ans est préconisée. Elle peut être étendue à 30 ans en cas de concurrence entre plusieurs candidats, comme ce fut le cas à Brest ». Un regroupement, qui par ailleurs, fait partager les risques générés par une partie du contrat sur toute la politique de stationnement, continue d’argumenter la chambre régionale.

Elle conseille, par ailleurs à la BMO, la création d’un guide formalisé des DSP. Il comprendrait des « modèles à respecter, des dispositions à inclure obligatoirement, les demandes d’avis systématiques aux directions financière et juridique, le contenu des comptes rendus annuels à imposer au délégataire, les modalités de contrôle du délégataire, les dispositions de fin de concession, la formalisation des échanges avec les titulaires des contrats, de nature à offrir une meilleure sécurité juridique et une plus grande efficacité des contrôles lors de leur exécution ».

Valérie Siddahchetty

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ? Finances locales

    Quelle expérimentation par les collectivités locales du recours au financement participatif obligataire ?

    20/10/21
    Pendant une période de trois années, les collectivités territoriales pourront recourir à des obligations pour tous leurs projets de financement participatif.
  • Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ? Fonction publique

    Vers une modification du financement de la rupture conventionnelle dans la fonction publique territoriale ?

    12/10/21
    Les collectivités territoriales doivent non seulement supporter à la fois le coût de l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle, mais aussi celui de l'indemnisation chômage de l'agent. Or, malgré les difficultés de recourir à la rupture conventionnelle, à ce jour, le Gouvernement n'envisage pas de modifier les modalités de financement de la rupture conventionnelle.
  • Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence Sécurité

    Comment améliorer l’articulation des compétences entre l’État et les collectivités territoriales en cas d’état d’urgence

    05/10/21
    Dans son rapport d'étude annuelle intitulé « les états d'urgence : la démocratie sous contraintes », le Conseil d'État émet deux propositions pour améliorer l'articulation des compétences entre l'État et les collectivités territoriales afin de mettre en œuvre les états d'urgence.
  • Tous les articles juridiques