La Côte-d’Or veut devenir un laboratoire des modes de vie du futur

Développement durable

Louer une friteuse plutôt que de l’acheter, consommer local ou travailler de chez-soi : le conseil départemental de la Côte-d’Or a lancé lundi 13 mars le dispositif Futurs 21, qui doit faire du département une référence en matière d’expérimentation de nouveaux modes de vie.

« Nous voulons faire de la Côte-d’Or le laboratoire des modes de vie de demain », a résumé le président du conseil départemental François Sauvadet lors d’une conférence de presse, décrivant « l’idée d’un nouveau modèle français » fondé sur « la qualité de vie » et qui ne soit pas axé seulement sur les grandes villes.

La collectivité compte lancer des appels à projets pour des acteurs, publics ou privés, « qui cherchent des territoires d’action et d’expérimentation » pour « accompagner l’évolution des modes de vie » et « faire émerger des solutions pratiques ».

Parmi les pistes citées, le déploiement de panneaux solaires sur le réseau routier pour produire de l’électricité, l’adaptation des exploitations viticoles au réchauffement climatique ou encore la promotion de la domotique pour lutter contre la perte d’autonomie des personnes âgées.

Certains projets sont déjà lancés, comme l’achat par le département de terrains dédiés à l’agriculture maraîchère pour favoriser la consommation de produits locaux, ou l’expérimentation à Dijon de la location d’appareils culinaires par le groupe de petit électroménager SEB, fondé en Côte-d’Or.

Futurs 21 prendra la forme d’une association créée courant 2017 et regroupera notamment la branche développement durable du cabinet Deloitte, un cercle d’entrepreneurs du département et l’université de Bourgogne.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum