La mairie de Paris dévoile un nouveau Plan Climat

Développement durable

Diviser par deux la consommation énergétique de la capitale d’ici 2050, s’approvisionner à 100 % en énergies renouvelables, éco-rénover 1 million de logements : la mairie de Paris a présenté mardi 8 novembre son nouveau Plan Climat.

Ce plan compte au total 500 mesures, comme l’objectif, déjà annoncé il y a quelques semaines, d’atteindre zéro véhicule diesel dans la capitale à l’horizon 2024, et zéro véhicule essence à l’horizon 2030. « C’est une visée dont on pense qu’elle est tout à fait réalisable », a déclaré Célia Blauel, adjointe à la maire de Paris chargée des questions d’environnement.

Une réflexion sera aussi menée sur « l’avenir du boulevard périphérique », avec par exemple « l’idée de réserver une voie aux véhicules de covoiturage », et un travail sera mené avec la métropole sur la mise en place d’une « zone de circulation restreinte » à l’échelle de la métropole, a expliqué Mme Blauel.

Parmi les mesures, la ville propose de produire localement 20 % d’énergie renouvelable (en développant les toitures et les centrales solaires, la géothermie), faire de Paris une ville 100 % cyclable dès 2020, rénover 50 millions de m2 de commerces, bureaux, hôtels, et établissements publics d’ici 2050, développer la végétalisation des espaces (débitumer les cours d’école par exemple), pour s’adapter aux périodes de canicule ou encore promouvoir « l’évolution vers un régime alimentaire flexitarien » (moins tourné vers la viande mais plus sur les végétaux).

Mais parmi ces 500 mesures, seules environ 70 relèvent de l’action de la ville de Paris. « 40 sont de l’ordre du plaidoyer » pour « appeler les pouvoirs publics à prendre les mesures nécessaires » vers la transition énergétique, et « le reste dépend d’une action conjointe de la ville et des territoires », a-t-elle précisé.

Ce nouveau Plan Climat Air énergie territorial sera présenté au Conseil de Paris des 20, 21 et 22 novembre prochain.

Il fera ensuite l’objet d’une consultation publique de décembre à février, pour « recueillir les avis des habitants, de la métropole, de la région et de l’État. Le plan sera présenté une seconde fois en Conseil de Paris en mars 2018 pour son adoption finale.

Alors que la COP 23, la Conférence climat de l’ONU, la première depuis l’annonce du retrait américain, s’est ouverte lundi à Bonn, « il y a besoin que les grandes métropoles prennent leur responsabilité », a expliqué Bruno Julliard, premier adjoint de la maire, soulignant que « certaines dispositions nécessitent des changements d’usages et d’habitudes ».

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum