Fonction publique : les syndicats boycottent un rendez-vous ministériel

Dialogue social

Les syndicats de la fonction publique ont boycotté lundi 6 novembre une réunion prévue le jour même avec leur ministre de tutelle Gérald Darmanin faute de « réponses » à leurs revendications, tandis qu’environ 250 agents se sont rassemblés devant Bercy en signe de protestation.

« Tous les syndicats » de la fonction publique (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC et FA-FP) « portent l’idée qu’il faut au minimum infléchir » la position du gouvernement sur la compensation de la hausse de la CSG et sur le report d’un an du plan de revalorisation des carrières PPCR acté sous le gouvernement précédent, mais ce dernier « semble avoir choisi l’affrontement », a déclaré à l’AFP Jean-Marc Canon (CGT).

« On attend toujours des réponses », a renchéri Mylène Jacquot (CFDT) qui a regretté que le gouvernement « n’aborde le sujet que sous l’angle budgétaire ».

« On revendique toujours deux choses : que 2018 ne soit pas une année blanche pour les agents », ce qui passe par « l’application du PPCR » et une compensation de la hausse de la CSG qui « redonne du pouvoir d’achat aux agents », comme l’avait promis le président Emmanuel Macron, a expliqué Luc Farré (Unsa) à l’AFP. « On ne peut pas démarrer un quinquennat sans écouter les agents publics », a-t-il ajouté.

Concernant le report d’un an du PPCR, Mme Jacquot a notamment évoqué le cas des agents de la filière sociale, majoritairement des femmes, qui auraient dû accéder à une catégorie supérieure A le 1er février 2018. Pour éviter une année blanche, la CFDT propose, si le report est maintenu, qu’il soit limité à six mois.

Pour Christian Grolier (FO) « les fonctionnaires ont suffisamment contribué » aux efforts sur la dépense publique avec le gel du point d’indice qui sert au calcul de leur rémunération pendant six ans. Concernant la CSG, il demande que la prime compensatoire prévue par le gouvernement soit « calculée différemment et pérenne ».

Un Conseil commun de la fonction publique devait examiner lundi, entre autres, des projets de décret de compensation de la hausse de la CSG et les modalités d’application du report d’un an du PPCR, qui devrait concerner près de 4,4 millions d’agents. Ce décalage dans le temps aura un effet négatif sur le pouvoir d’achat des agents, dont les cotisations retraite ont parallèlement augmenté, selon les syndicats.

« On donne une ultime chance au gouvernement de revoir sa copie » en boycottant ce conseil commun, a averti Bernadette Groison (FSU) en déplorant elle aussi « des signaux très négatifs » envoyés aux agents.

Un nouveau conseil commun devrait être convoqué prochainement. « On ne s’arrêtera pas là », a aussi prévenu M. Grolier.

« Le ministre se doit au minimum d’entendre », a estimé Denis Turbet-Delof (Solidaires), en rappelant la journée de grève et de manifestations unitaire du 10 octobre qui a rassemblé entre 200 000 et 400 000 agents dans la rue. Aujourd’hui ce rassemblement vise à « dire notre colère, le mécontentement fort face à un mépris ouvertement affiché ».

Parmi les manifestants, certains arboraient des drapeaux du syndicat de police Alliance ou de FO pénitentiaire.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

 

REJOINDRE LA COMMUNAUTÉ ETOILE.FR

Imaginez un réseau qui vous ressemble, 100 % dédié à la Fonction Publique Territoriale, basé sur l'échange et le partage entre pairs.
Rejoignez la Communauté ETOILE.fr et faites avancer vos métiers en contribuant à leur promotion et à la valorisation de vos territoires.

Rejoindre Etoile

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum