Intermittents: la mission de concertation présente son calendrier et sa méthode

Dialogue social

La mission de concertation sur le dossier des intermittents a présenté jeudi 3 juillet son calendrier et sa méthode de travail, après avoir réussi à mettre autour de la même table l’ensemble des représentants de l’Unedic et des fédérations professionnelles du secteur.

Les trois « sages » chargés par le gouvernement de dénouer le dossier – le député PS Jean-Patrick Gille, l’ancienne directrice du festival d’Avignon Hortense Archambault, et l’ancien directeur du Travail Jean-Denis Combrexelle – ont annoncé qu’ils se réuniraient tous les jeudis en juillet avant de faire une pause en août puis de reprendre en septembre.

« L’enjeu est que la concertation se passe bien et d’éviter le rapport de force et l’interférence avec le conflit qui existe sur le terrain », a déclaré Hortense Archambault, à la veille de l’ouverture de festival d’Avignon.

« Notre mission ne peut pas se faire dans un temps suffisamment court pour rassurer les inquiétudes qui existent sur le terrain », a-t-elle ajouté.

« C’est une journée importante. On a déployé des trésors de diplomatie pour que tout le monde se mette autour de la table », a souligné Jean-Patrick Gille à l’issue de la réunion à laquelle ont aussi participé des représentants des collectivités locales.

Il a été convenu d’organiser quatre tables rondes d’ici au 24 juillet où seront notamment abordés les thèmes de la précarité, des éventuels abus générés par le système de l’intermittence ou encore de sa gouvernance.

Au cours de cette première phase, des expertises et contre-expertises seront notamment confiées à l’Unedic et Pôle Emploi, ont expliqué les trois membres de la mission. Ils ont précisé que leurs travaux reprendraient mi-septembre et qu’ils « se réservaient la possibilité d’organiser d’autres tables rondes ».

La mission de concertation voulue par Manuel Valls, et chargée de remettre à plat le statut des intermittents, a été mise en place le 24 juin. Elle doit présenter ses propositions avant fin décembre.

« Le gouvernement aurait tort de penser que la concertation ouverte est une réponse suffisante aux revendications du mouvement unitaire », a affirmé jeudi dans un communiqué la CGT-spectacle qui participait à cette première réunion de concertation.

« Nous n’appelons pas à l’annulation des festivals, des spectacles et des tournages mais à des grèves légitimées par un vote majoritaire », a-t-elle indiqué à la veille de l’ouverture du festival d’Avignon pour laquelle elle a appelé à « une grève massive ».

Les salariés du festival se sont massivement prononcés mardi pour le maintien de la manifestation, permettant à son directeur Olivier Py d’estimer « avec plus de certitude que le festival aura lieu ».
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques