ONF: les syndicats veulent un moratoire immédiat sur les baisses d'effectifs

Dialogue social

Les syndicats de l’Office national des forêts (ONF) ont voté mardi soir une motion exigeant « un moratoire immédiat sur les diminutions d’effectifs » et dénonçant un « malaise profond » au sein de l’organisme marqué par trois suicides en un mois, ont-ils indiqué à l’AFP.

Au cours d’un Comité central hygiène et sécurité (CCHS), les syndicats Snupfen-Solidaires, CGT-Forêt, FO et Unsa ont voté à l’unanimité cette motion qui « demande au directeur général d’interpeller les tutelles (Agriculture et Environnement), sur le nombre élevé de suicides et de tentatives de suicide à l’ONF afin que celles-ci prennent la mesure du malaise profond des personnels de notre établissement ». Lors du vote de cette motion l’administration s’est abstenue. Le directeur général de l’ONF, Pascal Viné, a présenté au CCHS un plan renforcé sur les risques psychosociaux, axé sur la proximité et prévoyant notamment de doubler le nombre des assistantes sociales (11 à ce jour). Il a réaffirmé qu’il souhaitait intégrer la question des risques psychosociaux au Contrat d’objectifs 2012-2016, fixant les grandes orientations de l’ONF, et qui doit être soumis au conseil d’administration le 20 juillet.

La réunion du CCHS, prévue de longue date, est intervenue alors que trois salariés de l’ONF se sont suicidés en moins d’un mois, même si le cas le plus récent, survenu lundi soir, ne serait pas lié aux conditions de travail selon le parquet. Elle survient également alors que l’ONF connaît une baisse constante de ses effectifs depuis plusieurs années qui doit se poursuivre jusqu’en 2016, selon Pascal Viné. Actuellement, l’ONF compte 9.500 salariés (6.300 fonctionnaires et 3.200 ouvriers privés, dont 3.000 agents patrimoniaux, les ex-garde forestiers), alors qu’en 1986, il employait 15.000 personnes.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • La mise en œuvre d'un intéressement collectif comme rémunération dans fonction publique est-elle vraiment possible ? Rémunération

    La mise en œuvre d’un intéressement collectif comme rémunération dans la fonction publique est-elle vraiment possible ?

    03/04/18
    « On va essayer de travailler à une nouvelle rémunération des agents publics fondée sur le mérite ». Telle est l’une des déclarations faites par Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics sur les antennes de BFMTV - RMC le 19 février dernier. Si elle est dans l'air du temps, la question d'une rémunération « au mérite » des agents publics n’est pas nouvelle. Par le passé déjà, plusieurs gouvernements ont relancé cette idée d'introduire davantage de « mérite » dans la rémunération des fonctionnaires.
  • Tous les articles juridiques