Un syndicat de police contre la création de réservistes dans la police

Dialogue social
Le premier syndicat de gardiens de la paix, Unité police SGP-FO, a de nouveau exprimé vendredi son opposition à la création de réservistes dans la police, prévue dans le projet de loi sur la sécurité intérieure Loppsi 2.

Un projet de décret instituant ces réservistes a été présenté jeudi lors d’un Comité technique paritaire (CTP) qui réunit administration et syndicats de police. Unité police SGP-FO a annoncé vendredi avoir voté contre ce projet car il prévoit de « recruter dans la réserve civile » des volontaires non professionnels qui seront dotés d’un uniforme et pourront patrouiller, selon le syndicat. « Les réservistes ne peuvent servir de palliatif au manque d’effectifs » dans la police, ajoute le Syndicat. La loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi 2), promulguée en mars dernier, a prévu « d’élargir l’accès à la réserve civile » de la police à « des jeunes intéressés par une expérience valorisante ». Ils disposeront d’une « formation » qui leur permettra notamment, précise le texte, « d’acquérir la qualification d’agent de police judiciaire adjoint (APJ) » et donc d’effectuer des missions de police à cet égard. En janvier dernier, le même syndicat de police avait qualifié ce projet de « semblant de +milices+ », ce qu’il n’a pas réitéré vendredi.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques