Fonctionnaire stagiaire : un écart verbal ne peut pas conduire à un refus de titularisation

Droits et obligations

Si un écart de langage tenu à l’occasion d’une réunion peut constituer un comportement fautif au regard des obligations des fonctionnaires, il ne justifie pas une sanction disciplinaire de refus de titularisation.

Une femme recrutée en 2005 en qualité d’agent territorial d’animation stagiaire par la commune de Bourg Saint-Andéol (Ardèche, 8 000 habitants) a essuyé, par un arrêté du maire pris en 2006, un refus de titularisation à la fin de son stage et la radiation des cadres.

Motif ?

Il repose sur la circonstance que l’agent n’a pas respecté les obligations qui incombent aux fonctionnaires. Il lui était en l’occurrence reproché son « comportement, lors d’une réunion le 20 octobre 2005, constituant une faute de nature à justifier son refus de la titulariser à l’issue de sa période de stage ». En l’espèce, un écart verbal que l’agent avait d’ailleurs reconnu par la suite et pour lequel il s’était excusé.

Erreur manifeste d’appréciation

Dès lors, a souligné la cour administrative d’appel de Lyon, « il ressort des pièces du dossier que l’arrêté du 5 janvier 2006 n’est pas motivé par une inaptitude professionnelle de l’agent, mais par son comportement fautif ». Par suite, la municipalité a bien pris une décision « constituant une sanction disciplinaire » qui plus est, « entachée d’une erreur manifeste d’appréciation au regard de la gravité de la faute commise par l’agent ». Le juge d’appel a donc confirmé l’annulation de l’arrêté en cause, condamné la commune à payer les frais de justice et enjoint au maire de régulariser la situation de l’agent au regard du versement des cotisations sociales et notamment de retraite.

Franck Vercuse

Source Internet :

L'analyse des spécialistes

  • Rupture conventionnelle dans la fonction publique : les précisions de la décision n°2020-860 QPC Fonction publique

    Rupture conventionnelle dans la fonction publique: les précisions de la décision n°2020-860 QPC

    21/10/20
    En rappelant que la rupture conventionnelle « ne peut être imposée par l'une ou l'autre des parties », dans sa décision n° 2020-860 QPC, le Conseil constitutionnel souligne la nature contractuelle de cette procédure et affirme que tout fonctionnaire peut alors être assisté par l'organisation syndicale de son choix, qu'elle soit représentative ou non.
  • Quelle CDIsation des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ? Statut

    Quelle “CDIsation” des agents contractuels dans la fonction publique territoriale ?

    19/10/20
    Le droit de la fonction publique reconnait le principe du recours aux contrats à durée indéterminée (CDI) et autorise le recrutement de contractuels sur des postes permanents. Depuis la moitié des années 2000, il y a eu une multiplication des agents contractuels à durée indéterminée, ce qui constitue une exception au principe d'exclusivité de l'occupation des emplois publics permanents par des fonctionnaires. La loi du 6 août 2019 relative à la transformation de la fonction publique et le décret n° 2019-1414 du 19 décembre 2019 renforcent cette tendance dans la fonction publique territoriale.
  • Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ? Intercommunalité

    Eau et assainissement, quel avenir pour les syndicats infra-communautaires après le 30 septembre 2020 ?

    02/10/20
    Au 1er octobre 2020, le sort des syndicats de communes exerçant cette compétence à la date du transfert de la compétence à une communauté de communes ou communauté d'agglomération semble partiellement scellé.
  • Tous les articles juridiques