La protection fonctionnelle n'est pas un automatisme

Droits et obligations

Lorsqu’un fonctionnaire commet une faute personnelle, il ne peut pas se prévaloir d’une protection de son administration.

La faute personnelle prive le fonctionnaire du bénéfice de la protection fonctionnelle. Et ce même lorsqu’elle comporte certains liens avec le service.

C’est ce qu’a tranché la cour administrative d’appel de Bordeaux. L’agent en question est un policier qui a été condamné pénalement pour avoir grièvement blessé une personne avec son arme de service. Il a sollicité la protection fonctionnelle, qui lui a été refusée. La cour d’appel confirme ce refus, estimant que le policier n’était pas en danger. Il a effectivement réussi à se défendre dans un premier temps. Il explique être ensuite parti chercher son arme au cantonnement de la compagnie de CRS afin de défendre deux femmes restées seules sur les lieux de l’altercation. Selon, le tribunal, il aurait alors pu demander à ses collègues de venir l’assister.

Au lieu de quoi il s’est placé en position de provocateur en revenant sur les lieux de l’altercation alors que personne n’était en danger. Il a donc commis une faute personnelle et ne peut en conséquence pas bénéficier de la protection fonctionnelle.

 

Charlotte de L’escale

 

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Bordeaux, 13 juillet 2010, req. n° 09BX02878

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques