Manquement au devoir de loyauté et de réserve

Droits et obligations

Le manquement au devoir de loyauté et de réserve, sanctionné par une exclusion de trois jours, constitue une sanction proportionnée.

Un cadre, qui au cours d’une réunion souligne publiquement les dysfonctionnements reprochés à la structure qui l’emploie et met en cause à la fois sa hiérarchie et le choix des élus, peut faire l’objet d’une sanction disciplinaire. Malgré les dénégations de l’intéressée, des attestations pour établir la matérialité des propos tenus et des faits reprochés, sont de nature à révéler un manquement à son devoir de loyauté et de réserve. Une exclusion de trois jours, sanction du premier groupe, peut alors être justifiée. C’est en particulier le cas si l’employeur avait déjà été confronté au cours des années précédentes au comportement peu respectueux de son agent.

 

Texte de référence : Cour Administrative de Nantes, 3e chambre, 1er octobre 2015, n° 14NT02046, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

    Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

    11/02/20
    La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
  • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

    Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

    06/02/20
    En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
  • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

    « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

    04/02/20
    Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
  • Tous les articles juridiques