Paris: les élus municipaux invités à signer un code de déontologie

Droits et obligations

La mairie de Paris devrait se doter cette semaine d’un code de déontologie, que les élus qui le souhaitent s’engageront à respecter en signant une « déclaration d’engagement volontaire », a indiqué la mairie jeudi 15 mai.

Une délibération instituant ce code de déontologie sera soumise au vote des conseillers de Paris aujourd’hui, mardi 20 mai. Promesse de campagne de la nouvelle maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), cette innovation s’accompagnera de la création, d’ici à l’été, d’une Commission de déontologie constituée de personnalités indépendantes, chargée de se prononcer sur d’éventuelles situations litigieuses.

Le code « se fonde sur quatre priorités » : impartialité, probité, assiduité, prévention des conflits d’intérêt.

Les élus signataires s’engageront ainsi à « ne pas accéder ni disposer d’un logement locatif social, sauf situation particulière justifiant un maintien dans le logement occupé avant l’élection ».

Ils devront en outre remettre « une déclaration d’intérêts portant notamment sur les activités professionnelles et bénévoles des cinq années précédant l’élection », et publieront sur le site internet paris.fr une déclaration de patrimoine en début et en fin de mandat.

Ils s’engageront également à déclarer et à remettre à la ville tout cadeau, libéralité ou invitation d’un montant inférieur à 150 euros, et à les refuser lorsque leur montant est supérieur.

Interrogée sur ce code de déontologie, la présidente du groupe UMP au Conseil de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, a répondu qu’il était « moins exigeant » que ce qu’elle avait proposé pendant la campagne, et que le groupe « proposerait des améliorations ». Elle n’a pas souhaité dire si les élus UMP voteraient la délibération en l’état.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ? Éducation

    Le service de la restauration scolaire des écoles primaires est-il obligatoire pour les communes ?

    20/02/18
    En dépit de sa vocation sociale, le service de la restauration scolaire des écoles primaires ne constitue pas un service public obligatoire. Toutefois, lorsqu’elle est créée, la cantine scolaire communale doit garantir, dans son fonctionnement, un droit au libre accès et l’absence de toute discrimination.
  • Valoriser sa démarche environnementale dans les appels d’offres publics Appel d'offres

    Appels d’offres publics : valoriser sa démarche environnementale et intégrer les critères RSE

    14/02/18
    Selon les termes de l’article 10 du décret du 25 mars 2016 pour des spécifications « d’ordre environnemental, social ou autre », les acheteurs peuvent recourir à des labels dans leur consultation afin d’inclure des critères RSE dans leur politique d’achat. La question se pose cependant de savoir si, d’un point de vue juridique, le recours à un label d'acheteur, quel qu’il soit, est de nature à porter atteinte à l’égalité de traitement des candidats et donc in fine à fragiliser juridiquement les appels d’offres ?
  • Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe Intercommunalité

    Infléchissement du transfert des compétences eau et assainissement voulu par la loi NOTRe : quelles conséquences ?

    04/01/18
    La loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale pour la République (dite loi « NOTRe ») attribue, à titre obligatoire, les compétences « eau » et « assainissement » aux communautés de communes et aux communautés d’agglomération, à compter du 1er janvier 2020.
  • Tous les articles juridiques