Le ministre de l’Éducation nationale dévoile son plan pour lutter contre l’absentéisme des enseignants

Éducation

Luc Chatel décrète la contre les absences de courte durée non remplacées des enseignants titulaires et demande aux rectorats la mise en place de fichiers de contractuels associés.

Il y a quelques mois Luc Chatel annonçait vouloir une meilleure gestion du remplacement des professeurs absents. Telle est toujours l’ambition affichée du ministre de l’Éducation nationale qui annonce dans un entretien accordé au Parisien-Aujourd’hui en France, que les « jeunes retraités de l’Éducation nationale, les étudiants qualifiés ou les adultes diplômés » pourraient être sollicités par les rectorats pour assurer les absences de courte durée des enseignants. Un vivier supplémentaire de contractuels associés devra à cet effet être mis en place.

Les recteurs réunis ce matin doivent faire en sorte d’améliorer le système des remplacements pour le second degré d’ici à la rentrée prochaine.

Ces personnels contractuels qui auront déjà été vus par des inspecteurs pourront être appelés au pied levé, pour effectuer des remplacements de un ou trois jours.

Selon Luc Chatel, il est primordial de concentrer les moyens sur les absences de courte durée, souvent « imprévisibles » dont le taux de remplacement est seulement de 19 %. « Il faut se mobiliser pour toutes les disciplines, parvenir au remplacement des enseignants, dans le primaire comme dans le secondaire, dans les délais les plus brefs : enclencher la recherche de solution dès le premier jour. » Aujourd’hui, un délai de carence ne permet pas de signaler une absence au rectorat avant 14 jours ouvrables. En deçà, c’est l’établissement qui la gère en interne.

Luc Chatel souhaite également que chaque chef d’établissement instaure dans son établissement « un pilote » en charge des problèmes de remplacement. Il aura au rectorat un « interlocuteur dédié à ce seul problème et identifiable par les établissements et les fédérations de parents d’élèves » qui tentera de trouver la solution adéquate.

Les remplaçants pourront également effectuer des remplacements dans d’autres académies que celle à laquelle ils sont en théorie rattachés. Le ministre de l’Éducation nationale ne précise pas dans quelles limites ce dispositif pourra être utilisé.

Rappelons que selon la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) chaque enfant perd durant sa scolarité l’équivalent d’une année de cours si l’on additionne le total des heures de cours non dispensées faute de remplacement des enseignants.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum