Nouveaux programmes en primaire : le rapport de l’IG

Éducation

Dans son rapport daté de juin 2013 et publié par le journal Le Monde le 22 novembre 2013, l’Inspection générale insiste sur « le facteur temps dans les apprentissages ». Zoom sur quelques éléments saillants de ce texte.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

L’IG partage le constat quasi unanime des enseignants concernant les programmes de 2008. Trop chargés, ils doivent être revus. Il ne faudrait pas toutefois repartir d’une page blanche mais assurer une certaine continuité. Ainsi, « il conviendrait de confirmer les atouts des programmes antérieurs en réaffirmant la priorité aux apprentissages, à l’acquisition de connaissances et de méthodes sûres, à l’exigence et la rigueur éducatives ».

Une obligation de résultat ?

Selon les huit inspecteurs généraux, il y a nécessité à réaffirmer « l’obligation de résultat » dans ces nouveaux programmes sans que cela n’entrave la liberté pédagogique des enseignants. Elle précise que cette dernière se rattache bien au choix des méthodes pédagogiques seulement. En effet, côté connaissances et compétences attendues des élèves, c’est bien l’institution qui doit être prescriptrice.

L’évaluation des élèves

L’Igen plaide pour la définition d’un dispositif national d’évaluation du niveau des élèves « concomitamment » à la rédaction des programmes. Elle recommande de ce fait « la production centralisée d’exercices d’évaluation dans tous les domaines », ce qui présenterait l’intérêt d’une parfaite lisibilité des attendus. Comment ? Via « une standardisation des conditions de passation et un relevé des résultats des classes et/ou des écoles ».

Elle espère d’ailleurs que les évaluations d’école vont se développer : elle les considère comme « de bons cadres de travail collectif pour identifier les problèmes locaux et parvenir à les résoudre en mobilisant les équipes de circonscription ».

Le numérique

Le rapport met l’accent sur la nécessaire « intégration de la dimension numérique dans l’ensemble des champs : lire numérique, écrire numérique, compter numérique. L’Igen appelle à « une réflexion sur la littératie numérique à l’école élémentaire ». Pour cela, il faut permettre à tous les enseignants du 1er degré de maîtriser une culture numérique adaptée à leurs besoins.

Les enseignements

Avec la nouvelle semaine scolaire liée à la réforme des rythmes scolaires, elle craint que les matinées soient centrées sur les matières français-maths et que les après-midis qui se trouvent désormais réduites sacrifient donc les autres enseignements.

Le rapport souligne également qu’il y a obligation à traiter, dans ces programmes, une éducation à la santé, à la sexualité, à la sécurité, à l’environnement durable. Pour avoir droit de cité effectif, il faut adosser ces dimensions aux contenus à enseigner.

Pour en savoir plus :

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum