Réforme des rythmes scolaires : un recours va être déposé par des maires du Rhône

Éducation

Une trentaine de maires du Rhône, majoritairement de droite mais aussi sans étiquette, vont déposer vendredi un recours en illégalité contre la réforme des rythmes scolaires, adressé directement au Premier ministre, ont-ils annoncé mardi 29 avril 2014.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Les maires vont fonder ce recours sur l’illégalité de la disposition en invoquant « un transfert de charges non compensées vers les collectivités territoriales », a précisé à l’AFP Renaud Pfeffer, maire de Mornant et porte-parole des élus. Il a annoncé « être optimiste » sur la recevabilité de cette demande, après une rencontre avec les avocats lundi soir.

Le délai de recours devant le tribunal administratif étant dépassé, les maires adresseront leur recours directement au Premier ministre.

« Manuel Valls ne peut rester sourd face à une telle demande de la part des maires », a estimé le maire de Mornant. Une fois la réponse du Premier ministre rendue, le groupement des maires du Rhône pourra attaquer la réforme des rythmes scolaires directement devant le Conseil d’État.

Ce recours fait suite à une pétition signée par plus de 500 élus du département, qui demandait au gouvernement de « renoncer » à la réforme ou de laisser la liberté de choix aux communes.

Alors que les maires doivent remettre avant le 6 juin à l’Inspection académique leurs projets éducatifs, incluant les nouveaux rythmes, M. Pfeffer a estimé que « les annonces de Benoît Hamon ont rajouté du flou aux inquiétudes des enseignants, des parents et des élus ».

Le ministre de l’Éducation nationale a proposé des « assouplissements » et certaines « dérogations » au texte, tout en maintenant le principe de cinq matinées par semaine, consacrées aux apprentissages fondamentaux, dans toutes les classes à compter de septembre.

Le nouveau décret, qui sera publié début mai selon le ministère, donnera notamment la possibilité aux maires de rassembler les activités périscolaires dans une seule demi-journée pour faciliter leur organisation, notamment en milieu rural.

« Les élus ne savent pas comment ils vont mettre en place ce projet en un temps record », s’est inquiété le maire de Mornant.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

 

Rythmes scolaires : impacts managériaux, juridiques, et financiers.
Trouver des locaux, recruter des animateurs et les former : la réforme des rythmes scolaires, expérimentée pour trois ans, coûte cher aux communes. Les élus souhaiteraient qu’elle soit reportée.

Retour sur le petit déjeuner du 1er octobre 2013 avec la participation d’Anne-Sophie Benoit, présidente de l’ANDEV (Association Nationale des Directeurs de l’Éducation des Villes de France) et de Georges Fotinos, ancien chargé de mission d’inspection générale, conseiller du président de la MGEN (Mutuelle Générale de l’Éducation nationale).

 

 

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires : Optimiser l’organisation administrative et financière de son projet périscolaire


Objectifs: Modalités de mise en œuvre de votre nouveau projet périscolaire.

    • Anticiper les impacts financiers de la réforme en termes organisationnel et budgétaire.
  • Adapter l’organisation administrative à l’offre de service modifiée.
  • Maîtriser les différentes politiques tarifaires envisageables.
  • Établir une nouvelle politique tarifaire adaptée liant justice sociale et équilibre budgétaire.
  • Optimiser le redéploiement des ressources existantes et solliciter de nouveaux financements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous êtes parents d’élèves, le sujet vous concerne. Venez en discuter avec les acteurs publics sur le Forum Weka.

Réforme des rythmes scolaires : vous avez la parole !

 

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum