Semaine de 4,5 jours : Vincent Peillon assure ne pas mettre la « pression » aux maires

Éducation

Le ministre de l’Éducation Vincent Peillon a assuré jeudi qu’il ne mettait pas la « pression » aux maires pour mettre en œuvre la réforme des rythmes scolaires à la prochaine rentrée, en appelant aussi à ne pas prendre « les enfants en otage de nos querelles d’adultes ».

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Les maires qui feront le choix de mettre en oeuvre la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014 et non en 2013 ne seront « pas stigmatisés », a ajouté le ministre. « C’est votre droit de passer en 2014 (…) Ne croyez pas que le ministre vous met la pression, ce n’est pas vrai », a lancé M. Peillon à des maires de Côte-d’Or réunis à Dijon. « Mais ne croyez pas que ce sera plus facile en 2014, vous ferez face aux mêmes difficultés », a-t-il ajouté.

Les maires faisaient part de leurs préoccupations, notamment sur l’organisation d’activités périscolaires par les collectivités, ce qui pose la question du recrutement d’animateurs compétents et le problème de leur déplacement, pour de courtes périodes, en zone rurale. « On estime qu’on n’a pas les moyens financiers et humains de la réussite » de cette réforme, a estimé Dominique Girard (DVD), maire du village de Flammerans, qui craint « un renforcement des inégalités entre les communes riches et pauvres ». « Le temps péri-éducatif est quasiment impossible à organiser en zone rurale », a abondé Patrick Molinoz (PRG), maire de Venarey-les-Laumes. « Laissez du temps aux collectivités pour s’organiser », a encore dit la maire de Val-Suzon, Catherine Louis (UDI).

« Si on est pour la priorité à l’enfant, on y va », s’est agacé le ministre de l’Éducation, jugeant que « le problème, avant d’être celui des collectivités locales, est celui des élèves ». « Il ne faut pas que les enfants soient pris en otage de nos querelles d’adultes », avait-il plaidé plus tôt dans la matinée, pendant l’inauguration du nouveau rectorat de l’académie de Dijon.

« Imaginons non seulement ce que l’État doit donner, mais ce que nous pouvons donner aux enfants », a-t-il plus tard plaidé devant la presse à Reims, à l’issue de signature de contrats d' »Emplois d’avenir professeur », en présence du Premier ministre. « Je veux que le maximum d’enfants soient aux quatre jours et demi dès la rentrée 2013. Parce que cinq demi-journées de cours le matin, c’est mieux pour apprendre à lire, écrire, compter », a-t-il dit. Quant à savoir si ce sera bien le cas pour un enfant sur deux à la rentrée 2013, il a rétorqué : « Si vous vous y mettez comme moi, on y arrivera ! ». « Nous commençons les concertations de terrain », a-t-il indiqué, estimant que « on a besoin de se parler, il y a beaucoup de méconnaissance, d’anxiété dans ce pays ». Vendredi, M. Peillon fera encore trois déplacements sur le thème des rythmes, à Tours, Bourges et Nevers.

Le décret sur les rythmes scolaires, publié fin janvier, entérine le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire à la rentrée 2013, avec possibilité de dérogations pour le choix du samedi matin et pour un report à la rentrée 2014. Les communes qui feraient cette démarche dès 2013 peuvent bénéficier d’un fonds incitatif de 250 millions d’euros.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Réformer les rythmes scolaires pour la rentrée 2013

Téléchargez

Le programme de François Hollande annonçait la modification des rythmes scolaires. Cette annonce a été reprise par Vincent Peillon, nouveau ministre de l’Éducation, lors de son installation. Ainsi une consultation pour refonder l’école a été mise en place affirmant la volonté de modifier le système dès la rentrée 2013.

Le rapport de cette refondation, présenté le 9 octobre 2012 à la Sorbonne, appréhende les rythmes de l’enfant comme outils de changement : les groupes de travail de la refondation de l’école réunis entre juillet et octobre 2012 préfigurent une loi d’orientation pluriannuelle sur l’école. Des mesures ont été prises dès la rentrée scolaire 2012 : application du principe des petites vacances à deux semaines pour la Toussaint et mise à niveau du calendrier scolaire pour récupérer les deux jours sur l’année scolaire.

Téléchargez gratuitement la fiche « Réformer les rythmes scolaires pour la rentrée 2013 » : après un historique du processus, elle exposera les enjeux de la réforme des rythmes scolaires qui fait partie des thèmes au cœur de la concertation pour la refondation de l’école.

Cette fiche extraite du service documentaire L’action éducative en pratique vous est offerte par les Éditions Weka.

 

En cas de difficultés pour télécharger, cette fiche n’hésitez pas à nous envoyer un email à question@weka.fr.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum