Banlieues : Pierre Cohen plaide pour une contractualisation État-associations

Élus

Le maire de Toulouse, Pierre Cohen (PS), dont la ville a été le théâtre de six des sept meurtres de Mohamed Merah, a plaidé mardi en faveur d’une « véritable contractualisation des rapports entre l’État et les associations et les collectivités » pour réduire les inégalités qui frappent les banlieues.

Avec Michel Destot (PS), président de l’Association des maires des grandes villes, et Renaud Gauquelin (PS), président de Ville et Banlieue, M. Cohen (PS), au nom de l’Association des communautés urbaines, a présenté à la presse un « manifeste pour une nouvelle politique de la ville » à l’adresse des candidats à la présidentielle.

« Nous voulons montrer le caractère prioritaire des problèmes liés à la façon dont les villes évoluent, et de la façon dont un certain nombre de jeunes sont exclus de la République », a souligné M. Cohen. Interrogé sur le cas de Mohamed Merah, il a estimé que « la trajectoire de ce garçon présente tous les symptômes de ce qui ne va pas dans les banlieues ». « Mais il ne faut pas tomber dans le piège de l’excuse », a-t-il ajouté. « Tous les jeunes dans sa situation ne vont pas devenir des super-délinquants ».

Cependant, « les dispositifs mis en place dans le cadre de la politique de la ville ne sont pas suffisants », a-t-il fait valoir. « Il est nécessaire d’accompagner ces jeunes par tout ce qui permet l’intégration, en ce qui concerne les loisirs, la culture, le sport, et retirer tout ce qui peut les exclure.

Rappelant que près d’un tiers des habitants des quartiers sensibles vit sous le seuil de pauvreté, M. Destot, qui est maire de Grenoble, a souligné que le manifeste demande « le vote d’une loi quinquennale de programmation dès 2013 pour une nouvelle politique de la ville ».

Les trois associations posent quatre questions aux candidats, a-t-il ajouté :

– Quelle sera la place de la politique de la ville dans leurs priorités gouvernementales ?
– Quelle place lui sera donnée dans l’organigramme gouvernemental ?
– Comment articuler les volets sociaux et urbains de cette politique ? Quel type de contractualisation envisagent-ils entre État et les collectivités locales ?

Renaud Gauquelin, dont l’association est composée de maires de toutes tendances, a défendu la création d’un « ministère d’État à l’Égalité des territoires et à la Cohésion sociale », directement rattaché au Premier ministre.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum