Gérard Collomb propose un Sénat de 250 présidents d’exécutifs locaux

Élus

Gérard Collomb, sénateur-maire PS de Lyon, opposé au non-cumul des mandats, suggère un Sénat composé de 250 présidents d’exécutifs locaux, qui y siégeraient « automatiquement », au lieu des 348 élus actuels.

Comme Le Figaro de mardi lui demande pourquoi il n’a pas pris part au vote sur le projet de non-cumul que les sénateurs ont fortement amendé, Gérard Collomb explique : « je ne voulais pas qu’une prise de position sur ce sujet puisse être considérée comme la défense d’un cas personnel ».

« Sur le fond, je suis toujours en désaccord avec ce projet de loi, dans la mesure où je pense que le bicamérisme n’a de sens que si les deux chambres représentent des réalités différentes », poursuit le maire de la troisième ville de France.

« Le Sénat est naturellement la chambre de collectivités locales », ajoute-t-il. « Si on voulait une réforme radicale, il aurait fallu s’inspirer du système allemand : le Bundestag a des élus au suffrage universel, sans cumul. Le Bundesrat représente les Lander et les villes-états ».

« En France, de la même façon, on pourrait avoir 250 présidents d’exécutifs – présidents des régions, des départements ou des grandes agglomérations – qui siégeraient automatiquement au Sénat ». Ce serait, relève M. Collomb, « un nombre inférieur aux 348 sénateurs » actuellement élus au suffrage indirect.

Les sénateurs ont voté jeudi le projet de loi interdisant le cumul des mandats, mais en s’excluant du dispositif, contre l’avis du gouvernement.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum