Jean Rottner nouveau président (LR) de la région Grand Est

Élus

Le maire de Mulhouse, Jean Rottner, 50 ans, a été élu vendredi 20 octobre président (LR) de la région Grand Est, succédant à Philippe Richert, qui avait démissionné fin septembre.

Candidat de la majorité LR-UDI-MoDem à l’assemblée régionale, M. Rottner, médecin urgentiste de formation, a été élu sans surprise face à la présidente du groupe FN Virginie Joron, 43 ans, lors d’une séance plénière du conseil régional, à Metz.

M. Rottner a obtenu la majorité absolue avec 96 voix, contre 35 pour Mme Joron et une voix pour le socialiste Christophe Choserot.

Il y a eu en outre 37 bulletins blancs ou nuls, sur 132 suffrages exprimés. 169 conseillers régionaux étaient appelés à voter.

Présenté comme un sarkozyste fidèle aux valeurs de droite, Jean Rottner était jusqu’alors maire de Mulhouse (Haut-Rhin) depuis 2010.

Son élection entraînant « une incompatibilité des mandats », M. Rottner « cesse de facto d’être maire de Mulhouse, tout en restant membre du conseil municipal », a indiqué dans un communiqué Michèle Lutz, maire de Mulhouse par intérim.

Le nouveau président de région a confirmé devoir « abandonner le cœur serré » son mandat de maire.

Compte tenu du rapport des forces politiques à l’assemblée régionale, le groupe socialiste avait décidé de ne pas présenter de candidat.

De même, le groupe des Patriotes, issu de la scission du FN, a finalement renoncé à présenter la candidature de Florian Philippot, son président et ancien bras droit de Marine Le Pen.

À l’assemblée régionale du Grand Est, le groupe LR-UDI-MoDem compte 104 sièges, le FN 35, le PS 19, et les Patriotes 11.

M. Rottner succède à la présidence à Philippe Richert, 64 ans, ancien ministre des Collectivités locales sous Nicolas Sarkozy, qui avait démissionné le 30 septembre. Il avait annoncé qu’il quittait la présidence de la région Grand Est, ainsi que celle de l’association des présidents de régions, souhaitant « passer la main » à d’autres responsables de sa majorité.

Dans son premier discours de président, M. Rottner a évoqué les priorités de sa mandature : « l’emploi, la jeunesse, les territoires, les mobilités et la vocation européenne de notre région », s’affichant comme « un président responsable », « président de tous » qui « refuse le repli sur soi ».

« Je serai le président qui s’engagera pour que les identités, les histoires, les spécificités soient considérées. Mieux, la région doit nous faire vivre », a-t-il déclaré avant d’assumer son opposition passée à la réforme territoriale.

« Mon attachement à l’Alsace ne peut être discuté », a-t-il martelé.

Jean Rottner s’était notamment fait connaître pour avoir lancé en 2014 une pétition visant à proposer un projet alsacien alternatif à la réforme territoriale – voulue par le président François Hollande – qui avait créé une grande région Est regroupant la Champagne-Ardenne, la Lorraine et l’Alsace.

« Je reste persuadé qu’à cette époque, j’avais raison. Rappelez-vous la manière dont le gouvernement a bricolé cette réforme », a souligné le nouveau président.

« La République a cependant choisi. Et les lois de la République s’imposent à tous », a-t-il ajouté, pour justifier son accession à la tête d’une région dont il a combattu les contours.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum