L’association des petites villes de France plaide pour une « véritable équité territoriale »

Élus

L’Association des petites villes de France (APVF) a demandé mardi 14 mars l’arrêt de la baisse des dotations et plaidé pour une « véritable équité territoriale », dans un « Manifeste » publié à l’attention des candidats à la présidentielle.

« Les collectivités ont besoin d’une véritable équité territoriale avec les métropoles et un meilleur partage des richesses », a fait valoir Olivier Dussopt, président de l’APVF, dont le manifeste sera remis « à chaque candidat ».

Égrenant 17 proposition dans le but d’améliorer la situation des petites villes, ce document vise à « interpeller » afin de connaître le « positionnement précis » des candidats sur ces questions, a expliqué celui qui est également député-maire socialiste d’Annonay (Ardèche).

Désert médicaux, disparitions des petits commerces en centre-ville, fermeture des services publics : les difficultés des petites villes nécessitent une politique « volontariste adaptée », a plaidé le vice-président de l’APVF et maire de Saint-Flour (Cantal), Pierre Jarlier. « La métropolisation des territoires s’est accompagnée d’un profond déséquilibre avec le secteur rural », a-t-il constaté.

Pour faire face à ces difficultés, cet ancien sénateur centriste s’est prononcé pour un « grand ministère régalien », qui « porterait les problématiques des collectivités » avec « une approche transversale » et regrouperait les actuels portefeuilles des Collectivités territoriales, de l’Équipement, des Transports, du Logement, de la Ruralité et de la Ville.

Par ailleurs, le gel, puis la baisse des dotations de l’État, à partir de 2014, a « considérablement affaibli la capacité financière des collectivités », a-t-il regretté.

« Les secteur de la culture, du sport, ont été durement touchés, mais c’est sur l’emploi local que l’impact a été le plus fort, car les PME comptent sur les commandes publiques », selon M. Jarlier.

L’APVF plaide donc pour une « sanctuarisation » des dotations pour les cinq prochaines années, au niveau de 2017, afin de donner « plus de visibilité » aux collectivités. Elle appelle également à organiser une « conférence nationale annuelle entre l’État et les collectivités » afin de définir l’enveloppe normée.

Face à la « fragilité financière des collectivités », l’APVF préconise une nouvelle mesure fiscale, le « 1 % métropoles », consistant à reverser 1 % des recettes fiscales des métropoles aux petites villes afin d’encourager la « solidarité territoriale entre les grandes villes et le secteur rural », selon M. Dussopt.

Une rencontre le 22 mars entre les candidats à la présidentielle et l’Association des Maires de France (AMF) à la Maison de la Radio sera l’occasion d’interpeller « tous les candidats afin de présenter ces problématiques qui dépassent les clivages politiques », a estimé le président de l’APVF.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum