Le maire de Saint-Étienne démissionne du Cerema pour ne pas en être le « fossoyeur »

Élus

Le maire Les Républicains de Saint-Étienne Gaël Perdriau a démissionné mercredi 4 octobre de la présidence du Cerema, un organisme public chargé de conseiller les collectivités en matière d’aménagement, pour protester contre le désengagement de l’État.

À l’issue d’un conseil d’administration tenu mercredi 4 octobre dans l’après-midi à Paris, l’élu a déclaré ne pas vouloir être « le fossoyeur du Cerema », qu’il préside depuis février 2015, en tant que représentant de l’Association des Maires de France (AMF).

Le Cerema (Centre national d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) est basé à Bron, dans la banlieue de Lyon. Il compte 2 900 agents et dispose en 2017 d’un budget de 210 millions d’euros.

M. Perdriau, proche du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, explique avoir récemment appris que l’établissement public « verra ses crédits amputés de 5 millions d’euros en 2018, réductions budgétaires qui seront certainement reconduites en 2019 et 2020, voire en 2021 et 2022 ».

« Quant aux effectifs, il m’a été annoncé la suppression de 105 postes, tous les ans entre 2018 et 2020 et là aussi avec la probabilité que cela soit renouvelé en 2021 et 2022 », ajoute-t-il.

« Depuis deux ans, le Cerema voit son budget régulièrement amputé et le nombre de ses agents réduit. Est-ce ainsi que l’État entend aider et soutenir les collectivités ? », s’interroge M. Perdriau, en regrettant que « l’expertise apportée aux collectivités soit de plus en plus remise en cause par les décisions d’un État devenu sourd aux réalités locales ».

Gaël Perdriau assure que le 17 juillet, lors de la conférence territoriale, le président de la République Emmanuel Macron avait précisé que les collectivités territoriales « seraient mieux accompagnées notamment en matière d’ingénierie ». « Après m’en être entretenu avec lui, il m’avait donné l’assurance que tout serait fait pour garantir les capacités d’action du Cerema », ajoute-t-il.

Dirigé par Bernard Larrouturou, le Cerema a été créé au 1er janvier 2014 à partir de la fusion des huit Centres d’études techniques de l’équipement (Cete), du Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu), du Centre d’études techniques maritimes et fluviales (Cetmef) et du Service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements (Sétra).

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum